L’intelligence artificielle dans l'UE : Équilibrer les avantages et le contrôle

Par Advertiser, in Economie · 09-11-2020 09:05:00 · 1 Commentaires

Par Angeliki Dedopoulou, responsable des affaires publiques de l'UE, Huawei Technologies

Lorsque la Présidente de la Commission européenne a fait son premier discours au Parlement européen en décembre 2019, elle a officiellement reconnu l'"intelligence artificielle" comme un domaine d'importance stratégique pour l'Union européenne. Neuf mois plus tard, s'adressant à nouveau au Parlement européen dans son premier discours sur l'état de l'Union, elle est passée de l'expression "intelligence artificielle" à celle d'"intelligence artificielle", tellement la technologie est bien connue dans la bulle européenne. Ce n'est pas si surprenant alors que l'IA se déploie dans la plupart (voire la totalité) des secteurs de l'économie, du diagnostic des maladies à la réduction de l'impact de l'agriculture sur l'environnement.

Il est vrai que beaucoup de travail a été accompli par la Commission européenne depuis que la présidente Ursula Von der Leyen et son équipe ont pris leurs fonctions. Une "proposition législative" sur l'influenza aviaire avait déjà été promise en décembre 2019, mais un livre blanc sur l'influenza aviaire a été publié en février. Bien que ce ne soit pas une proposition législative, c'est un document qui a lancé le débat sur l'IA humaine et éthique, l'utilisation des Big Data et la manière dont ces technologies peuvent être utilisées pour créer de la richesse pour la société et les entreprises.

Le livre blanc de la Commission souligne l'importance d'établir une approche uniforme de l'IA dans les 27 États membres de l'UE, où les différents pays ont commencé à adopter leur propre approche de la réglementation, et donc potentiellement, érigent des barrières au marché unique de l'UE. Il est également question, et c'est important pour Huawei, de projets visant à adopter une approche fondée sur le risque pour la réglementation de l'IA.

À Huawei, nous avons étudié le livre blanc avec intérêt et, avec (plus de 1 250 !) autres parties prenantes, nous avons contribué à la consultation publique de la Commission, qui s'est clôturée le 14 juin, en apportant notre contribution et nos idées en tant qu'experts travaillant dans ce domaine.

Trouver l'équilibre

Le point principal que nous avons souligné à la Commission est la nécessité de trouver le bon équilibre entre la possibilité d'innover et la garantie d'une protection adéquate des citoyens.

Nous avons notamment insisté sur la nécessité de réglementer les applications à haut risque dans un cadre juridique clair, et proposé des idées sur la définition de l'IA. À cet égard, nous pensons que la définition de l'IA devrait se résumer à son application, les évaluations des risques se concentrant sur l'utilisation prévue de l'application et le type d'impact résultant de la fonction d'IA. S'il existe des listes d'évaluation détaillées et des procédures permettant aux entreprises de procéder à leurs propres auto-évaluations, cela réduira le coût de l'évaluation initiale des risques - qui doit correspondre aux exigences spécifiques du secteur.

Nous avons recommandé à la Commission d'envisager de réunir les organisations de consommateurs, les universités, les États membres et les entreprises afin d'évaluer si un système d'IA peut être considéré comme à haut risque. Il existe déjà un organisme établi pour traiter ce genre de questions : le comité technique permanent sur les systèmes à haut risque (TCRAI). Nous pensons que cet organe pourrait évaluer les systèmes d'IA en fonction de critères de haut risque, tant sur le plan juridique que technique. Si cet organe prenait un certain contrôle, combiné à un système d'étiquetage volontaire, il serait possible de proposer un modèle de gouvernance qui

  • prend en compte l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement
  • fixe les bons critères et vise l'objectif de transparence pour les consommateurs/entreprises
  • encourage le développement et le déploiement responsables de l'IA, et
  • Crée un écosystème de confiance.

En dehors des applications à haut risque de l'IA, nous avons déclaré à la Commission que le cadre juridique existant basé sur la responsabilité pour faute et la responsabilité contractuelle est suffisant - même pour les technologies de pointe comme l'IA, où l'on pourrait craindre que les nouvelles technologies nécessitent de nouvelles règles. Une réglementation supplémentaire n'est toutefois pas nécessaire ; elle serait trop lourde et découragerait l'adoption de l'IA.

D'après ce que nous savons de la réflexion actuelle au sein de la Commission, il semble qu'elle envisage également d'adopter une approche fondée sur le risque pour réglementer l'IA. Plus précisément, la Commission propose de se concentrer à court terme sur les applications d'IA "à haut risque", c'est-à-dire les secteurs à haut risque (comme les soins de santé) ou l'utilisation à haut risque (par exemple, si elle produit des effets juridiques ou d'une importance similaire sur les droits d'un individu).

Alors, que se passe-t-il ensuite ?

La Commission a beaucoup de travail à accomplir pour faire passer toutes les réponses à la consultation, en tenant compte des besoins des entreprises, de la société civile, des associations professionnelles, des ONG et autres. La charge supplémentaire liée à la crise du coronavirus n'a pas arrangé les choses, la réponse officielle de la Commission n'étant pas attendue avant le premier trimestre 2021.

Le coronavirus a bien sûr changé la donne en matière d'utilisation des technologies dans le domaine des soins de santé, et aura sans aucun doute un impact sur la réflexion de la Commission dans ce domaine. Des termes tels que "télémédecine" sont utilisés depuis des années, mais la crise a transformé les consultations virtuelles en réalité - presque du jour au lendemain.

Au-delà des soins de santé, nous constatons que le déploiement de l'IA se poursuit dans des domaines tels que l'agriculture et dans le cadre des efforts de l'UE pour lutter contre le changement climatique. À Huawei, nous sommes fiers de participer à ce développement numérique continu en Europe - une région dans laquelle et pour laquelle nous travaillons depuis 20 ans. Le développement des compétences numériques est au cœur de cette démarche, qui non seulement dote les générations futures des outils nécessaires pour saisir le potentiel de l'IA, mais permettra également à la main-d'œuvre actuelle d'être active et agile dans un monde en constante évolution : il est nécessaire d'adopter une approche de l'éducation et de la formation à l'IA qui soit inclusive, fondée sur l'apprentissage tout au long de la vie et axée sur l'innovation, afin d'aider les personnes à passer d'un emploi à l'autre sans difficulté. Le marché du travail a été fortement touché par la crise, et des solutions rapides sont nécessaires.

Dans l'attente de la réponse officielle de la Commission au livre blanc, que dire de plus sur l'IA en Europe ? De meilleurs soins de santé, des transports plus sûrs et plus propres, une fabrication plus efficace, une agriculture intelligente et des sources d'énergie moins coûteuses et plus durables : ce ne sont là que quelques-uns des avantages que l'IA peut apporter à nos sociétés et à l'UE dans son ensemble. M. Huawei travaillera avec les responsables politiques de l'UE et s'efforcera de veiller à ce que la région trouve le bon équilibre : l'innovation combinée à la protection des consommateurs.



Articles Liés


Comments:

Je n'ai rien compris . En une phrase , ou en un paragraphe, sujet verbe complément d'objet direct , complément d'objet indirect , cela donne quoi ? A qui s'adresse ce sujet ? Est-ce qu'il existera un atelier qui pourra après la crise sanitaire nous expliquer les fonctionnalités d'un e-phone HUAWEI . Merci

Par Frederic RENAUD from Lisbon on 12-11-2020 09:51
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires