Lisbonne va placer 200 nouveaux capteurs pour mesurer la qualité de l'air

Par TPN/Lusa, in Actualités · 13-11-2020 01:00:00 · 0 Commentaires

Le conseil municipal de Lisbonne prévoit d'installer quelque 200 capteurs l'année prochaine pour surveiller la qualité de l'air dans différentes parties de la ville, notamment autour des crématoriums, du terminal de croisière et de l'aéroport.

Le plan a été dévoilé le 10 novembre lors de la conférence "Lisbonne plus verte et plus saine" : Les défis de la pollution atmosphérique" à la Fondation Calouste Gulbenkian à Lisbonne.

Selon Pedro Oliveira, de la Direction municipale de l'environnement, de la structure verte, du climat et de l'énergie du conseil municipal, les quelque 200 capteurs seront installés dans le cadre de six projets et placés dans plusieurs quartiers de la ville, "pour connaître, en détail, la qualité de l'air" et dans le but de développer "des mesures plus spécifiques".

Selon la présentation, 80 de ces capteurs mesureront le NOE (dioxyde d'azote) dans différents quartiers de la ville pendant deux ans, et d'autres pour mesurer les particules atmosphériques seront placés dans les véhicules de la flotte de CML, sur les vélos et dans les parcs d'horticulture. Une centaine de ces capteurs seront également placés "dans les "points chauds" et les zones de fond de Lisbonne" pour l'échantillonnage.

Parmi les zones que la municipalité prévoit de surveiller, figurent les crématoriums (Alto de S. João, Olivais I et II et Carnide), considérés comme des "sources importantes de polluants", les environs de l'aéroport, le système d'extraction d'air du métro de Lisbonne et les environs du terminal de croisière de Lisbonne.

Pedro Oliveira a estimé que "si les gens ont plus d'informations, ils adopteront certainement des mesures plus conscientes", il a donc dit que la municipalité produira également des cartes de distribution des différents polluants, réactivera le canal de Lisbonne pour diffuser des informations sur la qualité de l'air, ainsi qu'utilisera le site web de la municipalité.

Selon Dília Jardim, de l'Agence portugaise pour l'environnement (APA), la pollution atmosphérique au Portugal provoque en moyenne 6 000 décès prématurés chaque année. Au niveau mondial, ce chiffre est de sept millions de décès par an.

"En Europe, la pollution atmosphérique provoque en moyenne plus de mille décès prématurés par jour, soit dix fois plus que le nombre de décès dans les accidents de la route. Il s'agit donc d'une mort silencieuse, alors que l'accident de la route est visible pour nous tous et nous choque", a-t-il déclaré.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires