Un plan cochon mais très astucieux

Par Jake Cleaver, in Renature · 20-11-2020 01:00:00 · 0 Commentaires

La semaine dernière, je suis parti à la recherche d'un homme qui avait un plan. Mes indications m'ont conduit dans une belle vallée cachée entre Monchique et Silves.

En suivant les instructions, je suis arrivé sur un petit chemin de terre qui semblait correspondre à la description "On dirait qu'il ne va nulle part, mais en fait, nous vivons là-haut". J'espérais vraiment que c'était la bonne route et non une route qui, en fait, ne mène nulle part. Heureusement, alors que j'émergeais dans un couloir d'arbres, tout bas, j'ai vu que l'homme que je cherchais était occupé à travailler sur sa terre.

Sebastian est sud-africain, avec beaucoup d'énergie et d'enthousiasme. Il a déménagé au Portugal il y a dix ans et a dirigé avec succès une école de surf, mais il a décidé d'y renoncer car il commençait à penser qu'il n'en faisait pas assez pour aider la belle nature de l'Algarve qu'il a appris à aimer tant. Je lui ai demandé s'il surfait encore et il me répond qu'il le fait de temps en temps, mais pour être honnête, chaque fois qu'il est assis sur sa planche sur l'océan, son esprit nage maintenant avec toutes les choses différentes qu'il pourrait passer son temps à planter à la place.

Il est passionné par l'idée de faire sa part pour aider à replanter et renaturaliser la zone désormais assez "désertifiée" (en voie de devenir un désert) autour de Monchique. Les collines et les vallées étaient autrefois pleines d'arbres tels que des chênes-lièges, et Sebastian a expliqué, en montrant les zones de ses terres qui étaient encore des forêts de chênes épais, que tout était comme ça avant, mais que les gens ont commencé à couper les arbres afin d'avoir de l'espace pour faire pousser des cultures comme le maïs, et maintenant sans couvert d'arbres pour empêcher l'eau de s'échapper, les torrents de pluie que nous recevons ne font que dévaler les flancs de la montagne et l'eau s'échappe à nouveau dans la mer.

Il y a eu de nombreuses tentatives pour faire repousser des arbres indigènes comme le châtaignier, le liège et le medronho, ainsi que le chêne de Monchique, mais Sebastian dit qu'elles ont été largement infructueuses, car si on les plante seuls dans le sol maintenant dégradé, ils auront du mal à survivre, et ce qu'il faut faire, c'est les faire pousser en conjonction avec d'autres espèces. Nous devons commencer par la base et créer un réseau de voisins amicaux qui aideront à créer de l'ombre, à remettre de l'azote dans le sol et à créer un espace racinaire pour que d'autres puissent pousser. La forêt plantée doit être "stratifiée", c'est-à-dire avoir différentes couches et hauteurs. Cela permettra de créer une canopée qui protégera le sol, aidera à prévenir les incendies de forêt et refroidira la terre.

Pour cela, Sebastian dit que nous pouvons faire appel à ce que beaucoup de gens appellent des espèces "envahissantes" (comme l'eucalyptus qui n'a pas de mal à pousser tout seul). Sebastian n'aime pas le terme d'espèce envahissante et il m'a demandé si je pensais que les arbres Alfarroba en étaient une ? Comme je considère le caroubier comme une véritable mascotte de l'Algarve, j'ai dit non. Mais comme Sebastian l'a fait remarquer - ils ne sont là que depuis 900 ans. Combien de temps un étranger doit-il vivre quelque part avant d'être accepté comme un autochtone ? Le paysage a toujours été en constante évolution. Il n'est pas possible de revenir au passé. La nature ne regarde pas en arrière. Nous devons apprendre à travailler avec ce qui est là maintenant. Sebastian pense que les espèces envahissantes n'existent pas, il y a simplement des "opportunistes" et l'essentiel est de ne pas leur donner l'occasion de devenir trop grandes pour leurs bottes, ou disons, trop grandes pour leurs "racines".

Pour faire pousser quoi que ce soit, nous avons besoin d'eau. Après tout, l'eau est la source de toute vie. Lorsque la pluie tombe du ciel, les arbres agissent comme une barrière qui arrête la pluie avec leurs branches et la laisse ensuite tomber lentement sur le sol (le système original d'irrigation au goutte-à-goutte). Sans que les arbres ne s'y opposent littéralement, l'eau tombe avec une force énorme et disparaît rapidement en bas de la montagne, emportant avec elle la précieuse terre arable fertile.

C'est pourquoi, selon Sebastian, nous devons faire des contours ou des "petites rigoles" (curvas de nível en portugais) le long des flancs de la montagne. Il n'est pas nécessaire que ce soient d'énormes fossés, mais ils doivent capter l'eau lorsqu'elle s'écoule le long des flancs de la montagne et lui donner suffisamment de temps pour s'infiltrer dans le sol. C'est ainsi que nous commençons à inverser les rôles, car cela fera remonter la nappe phréatique, ce qui contribuera à créer les conditions dans lesquelles la vie pourra de nouveau s'épanouir.

Il est maintenant temps de faire entrer en jeu la philosophie de Sebastian qui consiste à "faire de son ennemi son allié". L'autre problème que nous avons est celui des eucalyptus qui, si l'occasion leur en est donnée, dominent le paysage et soumettent les autres arbres. Cependant, comme le dit Sebastian, comme tous les tyrans, si vous restez sur vos positions, ils reculent normalement, s'installent et deviennent plus faciles à vivre. Il dit que pour les empêcher de devenir trop arrogants, nous devrions couper radicalement leurs branches en automne. Cela les rendra moins gourmands et leur permettra de ne plus accumuler les ressources. Nous pourrons alors étaler leurs branches et leurs feuilles fraîchement coupées sur la terre. Surtout dans les rigoles et les ravins, car les feuilles serviront de "paillis" qui, avant de se décomposer dans la terre, permettra d'emprisonner l'humidité captée par les précipitations et d'empêcher son évaporation.

Sebastian dit que nous, les humains, avons le besoin de ranger et de nettoyer les zones et de les mettre en ordre. Mais ce que nous ne comprenons pas, c'est que le monde naturel est naturellement chaotique, et que les feuilles que vous avez peut-être balayées dans votre jardin offrent en fait les microclimats idéaux pour que de nombreuses espèces de plantes et d'insectes s'y développent. Il est bon de laisser les choses à l'extérieur être un peu en désordre, ou même, si l'on ose dire, de faire un peu de désordre nous-mêmes.

En montant la colline, Sebastian m'a montré toutes ses petites rigoles et ses ravins où il a déjà mis en œuvre ce plan, en me montrant les différents arbres et plantes qu'il a déjà fait cohabiter harmonieusement.

En arrivant au sommet de la colline, nous avons vu un grand morceau de terre qu'il avait récemment labouré, ou du moins c'est ce que j'ai pensé... Il s'est avéré que ce n'était pas lui, mais le sanglier.

Cela nous amène à l'autre plan de Sebastian (c'était la raison de ma visite). Il l'appelle "Holistropie", un mélange entre l'holistique (la croyance que tout est interconnecté) et la syntropie (de l'agroforesterie sythropique, c'est-à-dire lorsque vous laissez diverses espèces travailler ensemble harmonieusement, comme elles le font dans le monde naturel). Cependant, j'espère qu'il me pardonnera si je l'appelle : "Le plan de la plante à caca de porc".

Après avoir déjà planté tant d'arbres et de graines, Sebastian a réalisé à quel point il serait difficile pour nous de replanter tous les arbres nous-mêmes, et il a élaboré un plan qui nous permettra de nous asseoir et de laisser la nature faire la plantation pour nous, ou pour elle-même - comme elle l'a toujours fait.

Et pour cela, il prévoit d'utiliser des porcs. Le champ que nous traversions était une preuve suffisante que les cochons sont des charrues naturelles et qu'avec leur nez, ils peuvent creuser même les sols les plus durs comme la boue la plus tendre. Ils fournissent également un excellent engrais par l'arrière, et toutes les graines qu'ils mangent et qui réussissent à se frayer un chemin dans l'intestin d'un cochon en ressortent avec, disons, des "super-pouvoirs", car ils grandissent beaucoup plus forts et plus résistants qu'ils ne le feraient autrement. De plus, lorsqu'elles sont "plantées" par le cochon, elles ont plus de chances de se mettre à se battre car elles sont enveloppées dans une belle capsule du meilleur engrais.

Au début, Sebastian pensait qu'il aurait besoin de ses propres cochons pour réaliser son plan, mais depuis, les sangliers errent dans les collines et viennent chaque nuit pour déterrer quelque chose qu'il n'a pas clôturé - souvent à sa grande consternation, les cochons. Une fois de plus, il veut faire de son ennemi son allié.

Le plan est le suivant. Il va creuser quelques trous et les remplir avec un mélange de choses que les sangliers aiment manger, comme des haricots noirs et du maïs. Il répandra le reste, ainsi que des graines des espèces qu'il a soigneusement collectées et avec lesquelles il aimerait repeupler la terre.

Le sanglier, avec son fantastique odorat, sentira cette délicieuse mixture cachée sous le sol et, avec un peu de chance, plongera la tête la première dans le labourage des environs à la recherche de la nourriture. Ce faisant, ils rendront le sol beaucoup plus accueillant pour la vie car, avec leur nez, leurs empreintes de pas devraient faire de nombreux petits trous dans lesquels les graines pourront tomber et, en fait, se "planter". Les porcs fertiliseront également le sol pendant leur séjour, et les quelques graines chanceuses qui seront englouties dans leur frénésie alimentaire seront déposées pour vivre dans un endroit à la discrétion du sanglier. Avec un peu de chance, un endroit avec une bonne vue - ce qui n'est pas difficile à trouver chez Sebastian.

Voilà, c'est fait. Sebastian ne voit pas comment cela pourrait ne pas fonctionner. Après tout, il s'agit juste de donner un petit coup de pouce à la nature pour qu'elle fasse les choses à l'ancienne. Lorsqu'un cochon sent "l'appel de la nature", il y répond et vient ainsi à la rescousse de la nature.
La pénurie d'eau actuelle fait dire aux gens que nous devons construire plus de barrages, mais Sebastian dit que cela ne fait que s'attaquer aux symptômes et que nous devons aller à la racine du problème. C'est littéralement ça : il faut plus de "racines" dans le sol.

En d'autres termes, il faut plus d'arbres. Plus d'arbres signifie plus d'eau, car une fois que vous avez une canopée d'arbres, l'eau ne s'échappe pas - elle va dans le sol et fait remonter la nappe phréatique, ce qui augmente la quantité de zones vertes, qui à leur tour provoquent plus de précipitations.
Et comme l'a dit Sebastian, les arbres ne se soucient pas de savoir qui les plante. Qu'il s'agisse d'une grande entreprise avec une subvention, ou d'un sanglier avec un grognement. Peu importe pour eux. Il faut juste les mettre en terre.




Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires