Les suspects d'un meurtre horrible doivent être jugés.

in Actualités · 03-12-2020 09:00:00 · 0 Commentaires

Le tribunal de Portimão a décidé le 2 décembre de traduire en justice les deux femmes soupçonnées d'avoir tué et écartelé un homme en mars en Algarve.

Les accusés, une infirmière et un agent de sécurité, sont accusés par le ministère public (MP) de la mort d'un homme en mars dernier, dans le but de saisir l'argent qu'il avait reçu en compensation du décès de sa mère.

L'avocat de la défense de l'infirmière a demandé l'ouverture du dossier, considérant qu'elle n'avait pas participé à toutes les étapes du crime, et la décision a été connue le 2 décembre au tribunal de Portimão.

Le juge d'instruction a décidé de porter l'affaire devant le tribunal "en l'état, considérant que la première déclaration de l'accusée était plus cohérente", a déclaré l'avocat à Lusa.

Les deux femmes sont accusées par le ministère public (MP) des crimes de meurtre aggravé, de profanation de cadavre, de deux crimes d'accès illégitime, d'un crime de fraude informatique, de vol simple et d'utilisation d'un véhicule.

Les femmes auraient attiré le jeune homme au domicile de l'une d'entre elles, où elles l'ont gardé enlevé pendant deux ou trois jours afin de lui extorquer de l'argent, puisqu'il avait reçu 70 000 euros en compensation du décès de sa mère, qui a été écrasée dans la région d'Albufeira en 2016.

Selon le député, les accusées, Mariana Fonseca, 24 ans, infirmière, et Maria Malveiro, 21 ans, agent de sécurité, "se seront rendues au domicile de la victime, un ingénieur informatique, situé dans la zone de Silves, où elles lui auront donné de manière déguisée des médicaments pour l'endormir et l'auront étranglé jusqu'à ce qu'elles le tuent".

Après avoir retiré plusieurs objets de valeur du domicile du jeune homme, dont son téléphone portable, ils l'ont emmené "dans sa propre voiture jusqu'à la maison de l'accusé, située dans la région de Lagos".

Le 21 mars, les suspects auront découpé et démembré "le cadavre de la victime", le conservant "dans plusieurs sacs poubelles", qu'ils ont jetés les jours suivants "par-dessus une falaise à Sagres et cachés dans la végétation à Tavira".

Le député a indiqué que, durant ces jours, les accusés avaient effectué des retraits et des paiements avec la carte de débit et le téléphone portable de la victime.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires