Populistes téméraires.

Par Gwynne Dyer, in Opinion · 06-12-2020 14:00:00 · 0 Commentaires

"Il n'y a rien de mal à participer à un rencontre sexuel, quel qu'il soit", a déclaré une source au Parlement européen. "Cependant, ce genre de rencontres avec de nombreuses personnes est illégal en vertu des lois sur les coronavirus".

Pour être précis, 25 hommes nus participant à une fête bruyante au-dessus d'un bar gay dans le centre de Bruxelles est clairement contre les lois belges sur les coronavirus, qui n'autorisent pas plus de quatre personnes à se rencontrer à l'intérieur, alors quelqu'un a appelé la police. Au moins trois des personnes arrêtées étaient des membres du Parlement européen (MPE).

Ce fut particulièrement regrettable pour József Szájer. Il est l'un des principaux membres fondateurs du parti hongrois Fidesz, au pouvoir, un groupe ultra-nationaliste, populiste et autoritaire qui défend les "valeurs familiales" et condamne l'homosexualité, mais il a été arrêté alors qu'il fuyait cette orgie (avec des pilules d'ecstasy dans son sac à dos). Pourtant, il est difficile d'éprouver beaucoup de sympathie pour lui.

Szájer était un des principaux agitateurs anti-homosexuels du Fidesz, et se vante d'avoir personnellement rédigé les modifications de la constitution hongroise qui définissent le mariage comme étant l'union d'un homme et d'une femme. Il a maintenant démissionné de son poste de chef de la délégation hongroise au Parlement européen, et devra sans doute quitter le Fidesz également. Mais il y a plus important encore.

La semaine dernière, un autre scandale a éclaté en Hongrie : Szilárd Demeter, un haut fonctionnaire de la culture lié à la Fidesz, a écrit un article d'opinion pour un journal pro-gouvernemental comparant le milliardaire américain George Soros, né à Budapest et juif ayant fui l'Holocauste, à Adolf Hitler.

Demeter a également qualifié l'Union européenne de "chambre à gaz de George Soros", et a affirmé

que la Hongrie et la Pologne, les deux membres de l'UE d'Europe de l'Est aux gouvernements populistes d'extrême droite, sont les "nouveaux juifs" de l'Europe. C'est complètement dingue - et pourtant, cela semble vaguement familier.

L'arrogance débridée, l'apitoiement sur soi-même, l'exagération hystérique et éhontée sont autant de caractéristiques de la nouvelle race de populistes "illibéraux" - et quand ils pensent qu'ils perdent, ils augmentent toujours la mise. Je pense, bien sûr, à la récente défaite électorale de Donald Trump et à son comportement ultérieur.

Cette imprudence extraordinaire pourrait-elle être une maladie transmissible ? Pourrait-elle aussi se propager d'une manière ou d'une autre aux acolytes de Trump à l'étranger ? Eh bien, pensez à la Pologne.

Le parti catholique ultra-conservateur Droit et Justice (PiS) est au pouvoir en Pologne depuis 2015, élu par la même coalition plus ancienne, moins éduquée, non urbaine et profondément religieuse qui soutient les prises de contrôle populistes ailleurs. Et comme dans d'autres pays dirigés par des populistes, il y a eu une érosion constante tant des droits de l'homme que du respect des normes démocratiques.

Le PiS a été réélu l'année dernière et son chef, Jaros?aw Kaczy?ski, 71 ans, était largement censé prendre le pouls de la Pologne. Mais tout s'est écroulé lorsqu'un tribunal nommé par le PiS a déclaré fin octobre que les avortements ne seraient pas autorisés, même en cas d'anomalie fœtale grave où l'enfant mourrait immédiatement après sa naissance.

La Pologne avait déjà des restrictions sévères sur le droit à l'avortement, mais cela s'est avéré être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Des millions de jeunes, et surtout de jeunes femmes, ont rempli les rues des villes polonaises lors des plus grandes manifestations antigouvernementales depuis la chute du communisme en 1989 : "J'aimerais pouvoir faire avorter mon gouvernement", a déclaré une banderole populaire.

Les manifestations ont continué tous les jours jusqu'à ce qu'un nouveau verrouillage soit déclaré, et le PiS a maintenant fait marche arrière, reportant indéfiniment la publication de la décision du tribunal. Mais quelque chose a définitivement changé en Pologne : le soutien à Kaczy?ski a maintenant chuté à seulement 30%.

Il y a aussi le président Jair Bolsonaro, ou "atout tropical", dont les candidats favoris ont été battus dans toutes les grandes villes du Brésil aux élections locales du mois dernier, et le Premier ministre britannique Boris Johnson, surnommé "atout britannique" par The Donald, qui est maintenant à la traîne du leader de l'opposition dans les sondages pour la toute première fois.

Ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan à ce stade, mais la défaite de Trump, le porte-étendard du populisme, donne le sentiment aux autres pays dirigés par le populisme que le poids de l'électorat est bloqué.

L'effet n'a pas encore atteint l'Asie - le premier ministre Narendra Modi en Inde et le président Rodrigo Duterte aux Philippines sont toujours très bien placés dans les sondages - mais la principale motivation des populistes a été l'élan, et dans les pays occidentaux, il semble s'essouffler.

Y a-t-il vraiment eu un "effet de queue de pie" ? Difficile à dire. Après tout, le PiS en Pologne et le Fidesz en Hongrie sont arrivés au pouvoir avant l'élection de Trump fin 2016. Mais les dirigeants populistes de l'Ouest semblent croire que d'une manière ou d'une autre leur destin est lié à celui de Trump. Cela se voit dans l'imprudence croissante de leur comportement et dans la fréquence de leurs échecs.

Cela signifie-t-il qu'ils sont tous destinés à disparaître dans son sillage ? Probablement pas, mais ce serait bien.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires