Selon la Direction générale du patrimoine culturel(DGPC), la nouvelle phase du plan de conservation et de restauration du monastère de Jerónimos, dont le projet est soutenu par le World Monuments Fund Portugal (WMF-Portugal ), est en cours de préparation et comprend des interventions extérieures et intérieures dans le monument, entre 2021 et 2022.

L'objectif est de "faire face au problème urgent de l'altération et de la dégradation des pierres de l'église" du monastère, un monument national protégé par la DGPC.

Chef-d'œuvre de l'architecture portugaise du XVIe siècle, le monastère des Jerónimos est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) depuis 1983, avec la tour de Belém.

Il est considéré comme un joyau de la manuéline, un style exclusivement portugais qui intègre des éléments architecturaux du gothique final et de la renaissance, en y associant une symbologie christologique et naturaliste royale qui le rend unique. En 2022, le monument en pierre de lioz - le plus visité du pays - fêtera les 500 ans du bâtiment. Sa conservation et sa restauration, estimées à plus de deux millions d'euros, ont été jugées urgentes par la tutelle.

Le monument, dont la construction était sous la responsabilité de João de Castilho (1470-1552), qui a dirigé le projet entre 1517 et 1522, a fait l'objet de recherches pour créer des stratégies et des méthodologies d'intervention dans la dégradation de la pierre, un problème récurrent depuis le XIXe siècle, principalement dû à l'humidité et à la pollution. La dernière grande intervention dans l'église des Jerónimos remonte aux années 1960.

Le WMF est une organisation privée à but non lucratif fondée en 1965 aux États-Unis, qui se consacre à la protection des sites du patrimoine culturel en péril. Elle a des délégations sur trois continents et parraine un programme permanent de conservation des trésors artistiques dans le monde entier.

Il a soutenu plus de 600 projets dans 90 pays, comme au Portugal, où la branche portugaise a participé à des actions majeures telles que la conservation et la restauration de la tour de Belém, du cloître des Jerónimos, des jardins du palais de Queluz, de la statue équestre de D. José I et de la cathédrale de Funchal .