L'absence de centre pour immigrants temporaires : un "gros défaut

Par TPN/Lusa, in Actualités · 26-12-2020 16:00:00 · 0 Commentaires

Le Médiateur a une fois de plus critiqué les conditions du Centre d'Installation Temporaire de l'aéroport de Lisbonne, soulignant qu'il y avait un manque de sensibilité au problème de la surpopulation et que le nouvel espace promis en 2018 n'a toujours pas été achevé.

Maria Lúcia Amaral a été entendue au Parlement, au sein de la commission des affaires constitutionnelles, des droits, des libertés et des garanties, à laquelle elle a été convoquée à la demande du Parti socialiste, en tant que Mécanisme national de prévention de la torture, pour parler des "violations des droits de l'homme" au Centre d'installation temporaire pour immigrants de l'aéroport de Lisbonne.

Aux députés, la responsable de la justice a rappelé qu'il s'agit d'un problème sur lequel elle met en garde depuis sa prise de fonction en 2017, après avoir effectué une première visite au Centre d'Installation Temporaire (CIT) de l'aéroport de Lisbonne en novembre de cette année, où elle a constaté une épidémie de varicelle, avec "des personnes, des femmes et des enfants entassés, mis en quarantaine dans une des salles".

Maria Lúcia Amaral a rappelé qu'à la suite de cette visite, où elle avait constaté des "conditions matérielles insoutenables", elle avait signalé et discuté le problème en tant que ministre de l'Administration interne de l'époque, Eduardo Cabrita, et le directeur du Service des étrangers et des frontières de l'époque, Carlos Moreira.

Selon Maria Lúcia Amaral, "au printemps 2018", le ministre Eduardo Cabrita a déclaré que "Almoçageme, l'alternative à Lisbonne, offrirait des conditions encore meilleures que celles existant à Porto, et serait prêt des mois plus tard".

"Nous sommes en 2020 et elle n'existe pas et, pour moi, c'est le grand échec de l'État portugais, et une grande frustration systémique", a-t-elle déclaré.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires