De l'excédent budgétaire à la nouvelle réalité de pauvreté

Par TPN/Lusa, in Actualités · 30-12-2020 12:00:00 · 0 Commentaires

L'année a commencé par un excédent budgétaire sans précédent en démocratie, mais il n'a fallu que quelques mois pour qu'une "nouvelle réalité pauvre" créée par la pandémie de Covid-19 fasse du solde positif des comptes publics un souvenir du passé.

Le budget de l'État pour 2020 a été approuvé dès janvier, avec un excédent budgétaire sans précédent de 0,2 % dans un pays habitué à avoir les comptes dans le "rouge".

Mais la pandémie qui a frappé le Portugal en mars a immédiatement compromis ce bref soulagement financier en affectant directement la principale cause du solde positif : le tourisme. Une semaine à peine après que les deux premiers cas d'infection confirmés dans le pays ont été connus, l'Algarve avait déjà enregistré 60 % d'annulations de réservations hôtelières, déclenchant la plus grande crise du secteur de l'hôtellerie et de la restauration de mémoire d'homme.

Avec la fermeture des hôtels et des restaurants, le taux de chômage, qui était à son plus bas niveau depuis de nombreuses années et qui venait de dépasser les maximums de la crise financière du début de la décennie qui a amené la "troïka" au Portugal pour la troisième fois, a de nouveau augmenté et dans les centres pour l'emploi, il y a eu 53 000 nouveaux chômeurs rien qu'en mars.

Un mois plus tard, le nombre de demandes d'aide de la Banque alimentaire contre la faim a montré à quel point l'emploi au Portugal, ainsi que la vie de nombreuses familles, ont changé, environ 12 000 demandes d'aide représentant près de 60 000 personnes entrant dans la pauvreté et ayant besoin d'aide, ce que beaucoup n'auraient jamais imaginé qu'il leur arriverait.

Pas même Isabel Jonet, qui a déclaré n'avoir jamais rien vu de tel en 27 ans de travail à la tête de la Banque alimentaire, où les personnes de la classe moyenne ayant une vie organisée perdent soudainement tout revenu et la capacité de faire face aux dépenses de base.

La situation était tellement grave et sans précédent que la Banque alimentaire a créé un réseau d'urgence au tout début de la pandémie pour répondre au nombre exceptionnel de demandes d'aide.

Des nouvelles de files d'attente devant des associations, des organisations non gouvernementales, des institutions catholiques ou des mosquées demandant une aide alimentaire ont suivi, rendant également visible l'impact sur la population immigrée, plus sujette à des emplois précaires à bas salaires et sans aucun réseau de soutien. Le gouvernement a décidé de légaliser temporairement tous les immigrants ayant déposé une demande de permis de séjour, garantissant ainsi plus de droits et de protection à ces personnes.

En mai, au Palácio de Belém, lors d'une audience avec le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, le président de la Banque alimentaire contre la faim et le président de Caritas Portuguesa, Eugénio Fonseca, ont exprimé leur inquiétude quant à la durée de la crise sociale et la nécessité de maintenir un soutien qui garantirait un minimum de ressources et de dignité aux familles.

À cette époque, Caritas était déjà consciente que les lignes de soutien financier de plus de 100 000 euros créées pour répondre à 48 000 nouvelles demandes n'allaient pas permettre d'atteindre l'objectif de juin.

Les chiffres officiels révélaient l'aggravation de la crise. En avril, les comptes publics avaient subi un impact de 680 millions d'euros. À la mi-juin, l'État avait déjà dépensé 778 millions d'euros en soutien exceptionnel dans le cadre de la pandémie, couvrant 1,2 million de personnes et 144 000 entreprises.

L'été a permis une reprise de l'activité touristique et hôtelière, ce qui a contribué à soulager la situation de certaines familles, mais la Banque alimentaire, qui a constaté la baisse des demandes d'aide pendant les mois chauds, a également noté la reprise dans les mois suivants.

L'espoir des citoyens, des entreprises et des institutions d'aide sociale réside désormais dans le "bazooka" européen, qui compte sur les millions de fonds européens pour sauver des emplois et relancer l'économie.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires