"Le taux d'épargne des ménages a augmenté de 0,3 pp pour atteindre 10,8 % du revenu disponible, en raison de l'augmentation des revenus et de la variation nulle des dépenses de consommation, (-3,5 % au cours du trimestre précédent)", indique le document publié par l'INE le 23 décembre, selon l'agence de presse Lusa.

L'institut statistique indique également que l'excédent des ménages (capacité de financement) a été de 4,3 % au cours de la même période, "0,3 pp de plus qu'au trimestre précédent, en raison de l'augmentation du revenu disponible (RD) de 0,5 %".

Pour la variation du revenu disponible, "les prestations sociales et les impôts sur le revenu ont contribué respectivement à hauteur de 0,3 et 0,2 pp", l'excédent brut d'exploitation (EBE) [différence entre la valeur ajoutée brute et les coûts et taxes] et les rémunérations contribuant "respectivement de -0,1 pp et 0,1 pp à la variation du RD".