Serralves consacre trois jours à Maryanne Amacher

Par TPN/Lusa, in Art · 08-01-2021 12:00:00 · 0 Commentaires

La Fondation Serralves, à Porto, consacre du vendredi au dimanche un programme à la compositrice Maryanne Amacher (1938-2009), avec des concerts, des films et des débats autour de l'œuvre de l'Américaine.

Le moment d'"hommage, de partage et de contribution" vise à "une meilleure compréhension et visibilité" du travail de l'Américain, connu pour ses œuvres immersives, créées spécifiquement pour un lieu, et une recherche permanente sur la matérialité du son. Le programme de "Additional Tones : A Tribute to Maryanne Amacher" s'inscrit dans le droit fil de la reconnaissance internationale récente et croissante de l'importance et du caractère unique de l'œuvre d'Amacher", peut-on lire dans une déclaration de la fondation.

Les chercheurs Amy Cimini et Bill Dietz organisent un séminaire consacré à deux des séries les plus remarquables qu'ils ont créées,"Music for Sound Joined Rooms" et"Mini Sound Series", le vendredi, pour donner le coup d'envoi de la programmation dédiée. Deux premières nationales sont prévues, la première du film"Sisters with Transistors", sur "le travail de pionnier de plusieurs femmes qui ont marqué l'histoire de la musique électronique", réalisé par Lisa Rovner, à 11h00 le samedi. Marianne Schroeder et Joana Gama se produisent au piano, "Petra", en se produisant ensemble pour la première fois dimanche à 10h30.

Créé en Suisse en 1991, il a été écrit pour deux pianos et s'inspire d'un conte de science-fiction portant le même titre, de Greg Bears, dans lequel les congulas de Notre Dame se reproduisent avec des humains dans un cadre post-apocalyptique. Une demi-heure plus tard, l'œuvre"Géographies perceptuelles", inspirée et dédiée à Amacher, du compositeur néerlandais Thomas Ankersmit, sera également jouée pour la première fois au Portugal par lui-même. Ankersmit, ancien élève du compositeur, a consacré une recherche au compositeur, explorant, dans "Perceptual Geographies", les "différents modes d'écoute : non seulement les sons et le moment où ils sont entendus, mais aussi comment et où les sons sont ressentis", de la pièce à l'intérieur du corps de chacun. Les émissions otoacoustiques, ou sons générés à l'intérieur du corps lui-même, par l'oreille, ont ici "un rôle important", rappelant le rôle pionnier de l'Américain dans l'étude de l'utilisation de ces phénomènes.

Jusqu'en mars, et par le biais d'Internet, plusieurs discussions et séances de lecture auront également lieu dans le livre"Maryanne Amacher" :Selected Writings and Interviews", en partenariat avec la Bibliothèque publique de New York. En 2002, Amacher a présenté "The Sounding of Casa de Serralves" : Supreme Connections", une installation sonore, visuelle et performative intégrée dans une série d'œuvres intitulée "Music for Sound Joined Rooms", qui a débuté en 1980. "La Casa de Serralves a été transformée en un lieu d'expériences multidimensionnelles et immersives. Le son s'est répandu dans la structure architecturale, à travers les pièces, les salles, les colonnes et les antichambres. L'architecture a façonné la propagation du son et son audition", rappelle la note. L'installation comprenait plusieurs vidéos, dans différents espaces, des objets scénographiques et des "créatures étranges habitant les jardins", dans un travail également inséré dans une enquête que le compositeur a menée sur la "phénoménologie de la perception".

L'œuvre d'Amacher s'étend sur plusieurs décennies, des États-Unis à l'Europe et à l'Asie, et collabore avec le danseur et chorégraphe Merce Cunningham (1974-1976) et le compositeur John Cage (dans "Lectureon the Weather" et "EmptyWords/Close Up"). "Son travail a été un pionnier et un visionnaire dans divers domaines de la création musicale et artistique tels que la spatialisation du son, les nouveaux médias, l'écologie acoustique, l'intelligence artificielle ou la psychoacoustique", a déclaré la fondation.

Née en 1938, elle a appris le piano en Pennsylvanie, où elle a étudié avec Karlheinz Stockhausen et George Rochberg, avant d'étudier la composition en Autriche et en Angleterre, puis l'informatique et l'acoustique dans l'Illinois, de retour aux États-Unis. En 1967, il inaugure la série "City Links", qui comportera un total de 22 pièces, la première à Buffalo, où il est en résidence, une œuvre de 28 heures réalisée à partir de cinq microphones capturant le son dans différentes parties de la ville, et diffusée en direct à la radio. Le travail avec l'architecture et la notion de mise en scène et de perception du son ont marqué une grande partie de sa carrière, dont la dernière décennie a été consacrée à l'enseignement au Bard College, avec une reconnaissance croissante depuis sa mort en 2009.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires