Nous n'avons jamais eu une population qui ait autant souffert de stress, d'anxiété et de dépression. Le burnout est un problème de plus en plus fréquent et nous avons même entendu dire que les maladies physiques peuvent être dues à notre état mental. En fait, que cela nous plaise ou non, quiconque est capable de contrôler son esprit a plus de chances de réussir, au travail, dans ses relations personnelles et dans sa capacité à résoudre les problèmes et à se battre pour ses objectifs. Quelle que soit la raison - qui pourrait être une parmi tant d'autres - il vaut la peine d'apprendre à se contrôler, dans une société qui ne nous apprend pas toujours à nous arrêter.

Vous avez probablement déjà eu l'impression de trop penser, presque comme si vous luttiez contre vos propres pensées. Certaines personnes luttent contre ce genre de sentiment. À leur tour, certains auteurs pensent que cet état d'esprit constant peut provoquer plus que du stress et des malaises ; il peut même conduire à des maladies physiques, comme le cancer. C'est l'opinion de Muz Murray, auteur de Never Mind the Mind et de nombreuses autres éditions où il parle de l'expérience de la vie, dans sa perspective de mentor spirituel et de Mantra Yogi.

Pour lui, "la maladie est essentiellement un cas de ne pas être ce que l'on est". Cela signifie que notre corps sait ce dont il a besoin, mais nous rejetons ce message en permanence à cause des "circonstances et des exigences de la situation dans laquelle vous vous trouvez".

Malgré cela, il est possible de vivre sans penser selon Muz Murray. En fait, nous en avons déjà fait l'expérience quand nous étions plus jeunes. En bas âge, jusqu'à trois ans, personne n'a le "sens de l'individualité". En tant qu'adulte, l'auteur a dit que nous pouvons revenir à une condition similaire mais cette fois-ci avec la conscience. Ainsi, "cette pensée spontanée et fluide naît de la Source originelle au fur et à mesure des besoins", dit-il.

Une étude de l'Université de Cambridge, publiée dans le Brain and Behavior Journal en juin 2016, confirme que les personnes d'Europe occidentale et d'Amérique du Nord sont plus susceptibles de souffrir d'anxiété que celles d'autres cultures. L'étude a également révélé que la probabilité que les femmes souffrent d'anxiété est presque deux fois plus élevée que celle des hommes.

Comment pouvons-nous contrôler notre esprit ?
Contrôler nos pensées ne signifie pas que nous devons vivre sans penser tout le temps. Ce qui peut être bon pour certaines personnes, pour d'autres, peut ne pas être très utile. Imaginez un homme d'affaires qui ne pense pas, il semble vraiment difficile de maintenir l'entreprise en bonne santé, mais contrôler l'esprit, être capable de déconnecter et d'organiser ses pensées de manière productive semble être un excellent moyen d'équilibrer les choses.

Pour commencer, Muz Murray fait une distinction entre "moi" et "l'esprit" en tant que chose séparatrice, comme "ma maison", "mon corps", "ma main", "mon pied" - "sont tous des objets séparés de mon moi". Mais il va plus loin : "Nous n'avons pas besoin de considérer l'esprit (statique mentale) comme "le mien", pas plus que d'accepter un mal de tête comme une "possession"", a-t-il déclaré. De plus, "même sans méditation, si nous concentrons notre attention sur l'esprit lui-même, en cherchant sa source, nous ne pouvons rien y trouver. C'est un fantôme de trop", dit-il.

Muz Murray partage son expérience, lorsqu'au Nouvel An, il a décidé de refuser toute pensée inutile : "Pendant les trois mois qui ont suivi, j'ai travaillé d'arrache-pied à mes tactiques de tirage de tapis, refusant de participer à mes "jeux d'esprit". Chaque fois qu'une pensée non pertinente surgissait, je décidais : "C'est seulement dans l'esprit et laissez-le aller". Lorsque des choses dont je devais me souvenir me venaient spontanément à l'esprit, je les notais immédiatement sur une liste, de sorte qu'il n'était pas nécessaire d'y penser à nouveau".

Un jour, il s'est réveillé d'une manière différente qu'il décrit comme une pure clarté et une douce joie : "Je me suis soudain réveillé pour constater que mon esprit avait complètement cessé de vagabonder. Le dialogue intérieur sans fin ne fonctionnait plus, car je ne sentais plus ma pression mentale habituelle".

Cependant, cet état de non pensée n'a pas besoin d'être constant. Lorsque "je me suis impliqué dans les détails de la vente de mon cottage, j'ai été obligé d'étudier des livres de droit pour rédiger les actes. C'est une tâche qui me casse la tête dans le meilleur des cas, et pendant plusieurs jours, j'ai commencé à ressentir le retour de l'esprit, comme un ballon lointain sur une ficelle que l'on enroule lentement sur un fuseau dans ma tête. Je suis bientôt revenu à un semblant de "normalité". Depuis lors, mon flux mental allait et venait comme la marée, de sorte que j'étais parfois avec et parfois sans 'esprit'", conclut-il.

Cette technique utilisée par Muz Murray est décrite plus en détail dans son chapitre "Never Mind the Mind", où il explique comment nous pouvons vivre sans pensées toxiques.
Pour plus d'informations sur Never Mind the Mind et Muz Murray, veuillez consulter le site www.muzmurray.com