Au milieu des arbres de l'Eco Camp da Salema, à Budens, dans la municipalité de Vila do Bispo, l'espace réservé aux camping-cars occupe plus d'une centaine de personnes, mais cette année, il n'y a pas que des touristes retraités sur le site : "Notre site était auparavant principalement destiné aux campeurs seniors de l'Algarve, mais cela a maintenant complètement changé.

Nous accueillons maintenant de nombreuses personnes âgées de 40 à 45 ans, dont beaucoup de "nomades numériques", qui travaillent à distance, et d'autres qui viennent sur le site pour échapper aux centres urbains d'Europe et passer un séjour dans la nature et peut-être l'un des endroits les plus sûrs qui existent", a déclaré Joaquim Lourenço, responsable de l'Association des parcs de camping de l'Alentejo et de l'Algarve (APCAA).

C'est la nouvelle réalité pour de nombreux campings de la région où il y a maintenant une demande accrue pour "les sports de mer comme le surf et la pêche au harpon", et où il est possible de "s'allier à la vie dans la nature". D'autre part, les infrastructures si souvent recherchées par les "seniors" présentent une "demande moindre", a-t-il ajouté. Le directeur et propriétaire de l'EcoCamp da Salema mentionne l'investissement qu'il a dû faire pour améliorer le réseau d'accès à Internet, telle était la recherche de personnes en télétravail.

En mars de l'année dernière, lors du premier verrouillage décrété par le gouvernement dans le cadre de la pandémie Covid-19, les campings ont dû fermer, ne rouvrant qu'à la mi-mai avec une capacité maximale de deux tiers de leur capacité totale. Le choix de l'hiver pour fréquenter un camping peut sembler étrange, mais ces dernières années, le nombre de camping-cars qui regardent l'Algarve pour une saison hivernale est en augmentation. Selon les données de la Commission de coordination du développement régional (CCDR) de l'Algarve, entre octobre 2018 et mars 2019, il y a eu près de 528 000 nuitées pour environ 104 000 clients dans les campings et les zones de services juridiques de la région.

Pour l'entité qui gère le réseau d'accueil des camping-cars en Algarve, il ne s'agit là que d'une "fraction de ce qui se passe dans la région", estimant qu'"entre les camping-cars sauvages et les parcs illégaux, il y a un mouvement au moins égal, voire plus important".

C'est lors d'une promenade avec son chien dans le parc de Salema que Lusa rencontre Johanna August, une jeune touriste allemande qui lui révèle qu'elle se sent "plus en sécurité" au Portugal, surtout dans une zone "très calme" comme celle qu'elle a trouvée dans cette partie de l'Algarve, où elle peut être "dans la nature" et sortir facilement pour "se promener". Actuellement "étudiante", elle est au Portugal depuis septembre dernier. Elle souligne que là où "il y a beaucoup plus de population" et avec l'enfermement, elle ne peut pas "quitter la maison". Mais comme elle choisit de vivre dans sa "camionnette" - un véhicule adapté pour le logement - elle peut "sauter de la camionnette" et se retrouver "au milieu des arbres", ce qui n'est pas possible en ville : "Je me sens plus en sécurité et je ne rencontre pas autant de gens, cela me donne le sentiment qu'ils peuvent gérer la situation. Ils n'ont pas si peur", dit-elle.

La possibilité de s'isoler dans son camping-car est également l'un des avantages soulignés par Ian Davis, un touriste gallois qui a choisi Salema pour les mois d'hiver les plus froids, après un séjour de deux mois dans la région de Coimbra en octobre. Tout en observant sa femme lors d'une séance de "yoga", et en surmontant la valeur ajoutée évidente du climat portugais par rapport au pays de Galles, il souligne également le fait que le couple a tout ce dont il a besoin dans le "van" - cuisine et salle de bain - et qu'il part "juste pour faire des courses". La zone où ils se sont installés assure la "distance" entre les gens, ce qui renforce leur "notion de sécurité" : "Nous pouvons sortir, marcher et aller à la plage sans voir trop de monde, donc nous nous sentons très en sécurité et accueillis ici. Nous ne sommes pas des intrus ou une menace pour quelqu'un", a-t-il déclaré. Avec une date remontant au Pays de Galles seulement "en juillet", Ian révèle que lors de la première fermeture, en mars de l'année dernière, ils étaient dans un camping en Nouvelle-Zélande et considère la notion de sécurité qu'il ressent dans cette "zone rurale du Portugal" "très similaire" à celle que l'on trouve à l'autre bout du monde.

À près de 60 kilomètres de là, le camping de Armação de Pera, dans la municipalité de Silves, reflète la diminution de la demande de terrains de camping habituellement recherchés par les camping-cars seniors. Rui Claro souligne que 2019 "a été une année de croissance par rapport à 2018" et que "jusqu'en février, début mars" l'année dernière, tout se passait "comme prévu". Mais avec la pandémie de Covid-19, tout était "en déclin" : une visite du parc révèle une cinquantaine de camping-cars pour les touristes qui ont choisi d'y passer leur saison hivernale, une clientèle essentiellement composée de retraités néerlandais, anglais et français.

Lors d'une promenade avec leur animal de compagnie, un couple d'anglais évoque une fois de plus le climat et la sécurité comme raisons de choisir l'Algarve pour leur saison hivernale : "Au Royaume-Uni, il y a plus de monde et les gens n'écoutent pas le gouvernement, ils font beaucoup de fêtes idiotes. Ici, ils écoutent, portent des masques et nettoient tout", défend Richard Everton. Pour Maureen Everton, l'hospitalité est l'une des forces des Portugais et le couple a déclaré qu'il vendait une maison qu'il possédait en France avec la perspective d'en acheter une autre en Algarve, où il espère déménager plus souvent. C'est une opinion que partage sa compagne de randonnée Peggy Wakeford, habitante régulière du parc, où elle affirme s'être sentie "beaucoup plus en sécurité" au moment de l'enfermement de mars 2020 "qu'au Royaume-Uni". Peggy se dit même "choquée" par ce qu'elle a trouvé au Royaume-Uni à son retour en juillet, notamment parce que "peu de gens se soucient de Covid-19, par rapport au comportement" qu'elle a vu au Portugal, au niveau du "port de masques et de gants", par exemple.

Pour les entrepreneurs de camping, les prévisions pour l'été ne sont pas faciles, mais Rui Claro révèle l'espoir que le vaccin puisse "apporter plus de confiance", en réduisant "le nombre effrayant" de nouveaux cas et en faisant en sorte que "les gens se sentent plus à l'aise pour quitter la maison et partir en vacances". Joaquim Lourenço préfère se pencher sur les nouvelles opportunités et les nouveaux défis auxquels sont confrontées les entreprises et sur la nécessité d'un "travail bien fait" pour promouvoir ce qui, selon lui, constitue la valeur ajoutée du pays. L'entrepreneur souligne que la côte portugaise rassemble de nombreux endroits pour le surf, "moteur de l'économie du nouveau jeune client".