Les problèmes de l'enseignement à distance mis en évidence par un syndicat

Par TPN/Lusa, in Actualités · 03-02-2021 09:00:00 · 0 Commentaires

La Fédération nationale des enseignants (Fenprof) a averti que l'enseignement à distance allait reprendre en raison de la pandémie de covid-19 sans que le gouvernement n'ait résolu les problèmes survenus l'année précédente.

Dans une lettre ouverte adressée au Premier ministre, António Costa, le syndicat écrit que l'exécutif n'a pas su préparer un éventuel retour au régime de l'enseignement à distance, "malgré le temps qui s'est écoulé et les engagements qu'il a pris".

Parmi les exemples de ces engagements "toujours reportés", le Fenprof mentionne la distribution d'ordinateurs et la création des conditions d'accès à l'Internet à large bande, pour les étudiants et les enseignants. "En contraste avec ce manque de préparation à la tutelle, continuent-ils, les écoles ont préparé avant même le début du 1er trimestre, en septembre, des plans d'urgence dans lesquels elles ont prévu différents scénarios de régime de fonctionnement, y compris à distance.

Cependant, les écoles ont conçu ces plans en supposant que le ministère de l'éducation assurerait certaines conditions qui permettraient de surmonter certains des problèmes qui se sont produits lorsque l'enseignement à distance généralisé a été introduit en mars pour contenir la pandémie de covid-19 et, selon le Fenprof, mais cela n'a pas été fait. "Dans ce contexte de dévaluation de l'école publique, avec une responsabilité non déguisée du ministère de l'éducation et du gouvernement, il devient important de comprendre les capacités des écoles à utiliser les outils numériques, d'enseigner à distance, la diffusion de classes en direct, l'enregistrement des classes et leurs disponibilités ultérieures", s'interroge la structure syndicale.

Outre les problèmes inhérents au processus d'enseignement et d'apprentissage, le Fenprof fait également référence aux questions liées aux conditions de travail des enseignants sous ce régime, telles que la disponibilité des équipements, l'intensification et la déréglementation du temps de travail et l'aggravation du surmenage. À ce niveau, on exige le respect des horaires de travail, en n'augmentant pas le nombre de réunions "en multipliant la bureaucratie installée par l'appareil administratif éducatif" et en maintenant les horaires de la composante non enseignante.

D'autre part, les représentants des enseignants font également référence aux risques liés à l'enseignement dans le monde numérique, tels que "l'intimidation et le harcèlement moral, l'augmentation du stress professionnel" et le manque de compétences pour travailler decette façon, tant pour les enseignants que pour les élèves eux-mêmes . "Le droit de travailler avec des droits est fondamental et, s'il est vrai que nous avons tous le devoir de collaborer à la résolution du problème de santé que nous connaissons, il n'est ni compréhensible ni tolérable que, pour le traiter, on crée d'autres problèmes qui ne manqueraient pas d'avoir, eux aussi, des conséquences très graves", conclut le Fenprof, en demandant au Premier ministre que la résolution de ces problèmes soit une priorité.

Mardi, la Fenprof rencontrera le ministère de l'Education à qui elle adressera directement ces préoccupations. Dans un communiqué, la structure syndicale a déclaré qu'elle mettra sur la table des questions concrètes telles que le soutien aux enseignants ayant des enfants de moins de 12 ans qui télétravaillent, la garantie des conditions d'exercice des activités de télétravail, la vaccination des enseignants qui continuent sur le terrain et de la plupart des professionnels jusqu'à la fin de la 2ème trimestre. Lors de la réunion, la Fenprof présentera également sa position sur trois projets de diplômes qu'elle a reçus de la direction générale de l'enseignement, portant sur la professionnalisation des enseignants, la formation continue dans le cadre de l'Ecole numérique et les mesures exceptionnelles dans le contexte de la pandémie de la covid-19.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires