Euthanasie : un pas de plus vers la légalisation

Par Paula Martins, in Actualités, Santé · 05-02-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Bien que l'euthanasie ait été approuvée par le Parlement, elle n'est pas encore légale, la prochaine étape vers la légalisation étant la signature du Président de la République.

Si le Président promulgue la loi, le Portugal sera le 4ème pays d'Europe à légaliser l'euthanasie. Cependant, une association médicale a déclaré que ce n'était pas le meilleur moment pour discuter de cette question très sensible.

Le projet de loi, approuvé par le Parlement, prévoit que la mort médicalement assistée peut être demandée par un citoyen ou un résident national "âgé de plus de 18 ans, qui a manifesté sa volonté à plusieurs reprises, de manière informée, libre et consciente, dans une situation de souffrance intolérable, avec une blessure définitive d'une extrême gravité selon le consensus scientifique ou une maladie incurable et mortelle".

Le patient pourra toujours modifier sa décision et arrêter le processus et, si pour une raison quelconque, il perd conscience, l'euthanasie sera automatiquement suspendue.

Le processus implique de nombreux spécialistes : un comité de vérification et d'évaluation pour assurer le respect de la loi ; un médecin choisi par le patient, un spécialiste de la maladie du patient et un psychiatre pour s'assurer que le patient est capable de prendre des décisions. N'oubliez pas qu'aucun médecin ne peut être obligé de participer à l'euthanasie - il peut toujours invoquer son objection de conscience.

Jusqu'à présent, au Portugal, la mort assistée n'est pas classée comme un crime portant ce nom, mais sa pratique peut être sanctionnée par trois articles du code pénal : homicide privilégié, homicide à la demande de la victime et crime d'incitation ou d'aide au suicide. La peine maximale peut aller jusqu'à cinq ans de prison.

Cependant, certains groupes sont opposés à cette légalisation et ont déjà fait connaître leurs objections, notamment des prêtres catholiques lors de la conférence épiscopale portugaise : "Nous ne pouvons pas accepter que la mort causée soit une réponse à la maladie et à la souffrance. Accepter cela, c'est renoncer à se battre et à soulager la souffrance, et c'est véhiculer la fausse idée qu'une vie marquée par la maladie et la souffrance ne mérite pas d'être protégée et devient un fardeau pour soi-même, pour son entourage, pour les services de santé et pour la société dans son ensemble", ont déclaré les évêques portugais dans une déclaration.

L'euthanasie dépend de la décisiondu président
. Maintenant, c'est au président réélu de d'avoir le dernier mot sur la loi. Marcelo Rebelo de Sousa est un catholique et ses convictions personnelles pourraient être contraires à l'approbation de cette nouvelle norme. Il n'a pas encore annoncé sa décision.

Le président de la République portugaise a le pouvoir de veto et de promulgation après l'approbation du parlement. Cela signifie qu'il peut toujours exercer son droit de veto pour empêcher la légalisation de l'euthanasie.

Cela peut se faire de deux manières. Le président peut exercer son veto politique, qui doit être justifié et la loi revient alors au parlement. Dans ce cas, le parlement peut à nouveau approuver la loi et elle entrera en vigueur, quelle que soit l'opinion du président. Il peut également appliquer son veto légal, ce qui signifie qu'il a un soupçon d'actes anticonstitutionnels et dans ce cas, le tribunal constitutionnel examinera la conformité de cette règle avec la loi fondamentale portugaise, notamment en ce qui concerne l'article 24º qui dit que la vie humaine est inviolable.

Où l'euthanasie est-elle légale ?
Outre le Portugal, l'euthanasie a déjà été légalisée, avec quelques différences juridiques, aux Pays-Bas, en Belgique et au Luxembourg. En Espagne, une loi a été adoptée en décembre 2020, mais un vote du Sénat est attendu, qui pourrait avoir lieu au cours du premier trimestre 2021.

En Suisse, la pratique de l'euthanasie (mort assistée par des professionnels de la santé) est interdite, mais depuis 1940, la loi autorise le suicide assisté. La différence est qu'en cas de suicide assisté, c'est le patient qui se donne le médicament mortel.

Au Canada et dans cinq États des États-Unis - Oregon, Vermont, Californie, Washington et Montana - l'euthanasie est également dépénalisée. Il en va de même dans deux pays d'Amérique du Sud : l'Uruguay et la Colombie.

En Australie, cette pratique est autorisée dans l'État de Victoria et, en octobre 2020, la Nouvelle-Zélande a voté, par référendum, en faveur de la dépénalisation.

"Un moment inopportun pour décider de l'euthanasie"
Selon Carlos Diogo Cortes, président du Conseil régional du Centre de l'Association médicale, beaucoup de gens confondent des concepts tels que la dysthanasie, l'orthothanasie et l'euthanasie : "De notre point de vue, il y a un manque d'information pour la population et pour ceux qui décident, (Assemblée de la République), car il y a des aspects techniques liés à l'euthanasie" que les gens comprennent mal, a-t-il dit.

"Beaucoup de gens pensent que l'euthanasie consiste à laisser une personne mourir alors qu'elle est dans un état où elle n'a pas la capacité de se maintenir en vie, et il y a des professionnels qui maintiennent les gens en vie au-delà de ce qui serait correct, en obligeant ces personnes à vivre sur la base de procédés techniques, mais ce n'est pas de l'euthanasie", a expliqué Carlos Diogo Cortes, notant que maintenir une personne en vie en utilisant des procédés techniques (Dysthanasie) n'est pas autorisé au Portugal.

En outre, l'association médicale considère que le moment de l'approbation n'était pas le bon : "Pour l'instant, toutes les opinions sont centrées sur un problème de santé publique, à savoir le Covid-19 et la lutte contre la pandémie. C'est donc un moment absolument inopportun pour l'Assemblée de la République de se prononcer sur une question qui divise tant d'opinions sans possibilité de débat sérieux".

Bien qu'elle ne soit pas d'accord avec le moment choisi, l'Association médicale ne parle pas d'une seule voix pour prendre position sur l'euthanasie : "Il y a des professionnels qui sont d'accord et d'autres qui sont contre l'euthanasie", a déclaré Carlos Diogo Cortes à The Portugal News.




Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires