Ana Gomes doute de la légalité du parti Chega

Par TPN/Lusa, in Actualités · 07-02-2021 11:00:00 · 0 Commentaires

L'ancienne candidate présidentielle Ana Gomes a demandé au bureau du procureur général (PGR) de reconsidérer la légalisation du Chega en tant que force politique et d'enquêter sur la source de son financement, affirmant que ce parti viole la Loi fondamentale.

Cette initiative de l'ancien député socialiste visant à revoir la légalisation de Chega en tant que parti dans le cadre du régime politique portugais a été rapportée pour la première fois dans le Diário de Notícias (DN).

Dans un message qu'elle a posté sur son compte Twitter personnel, Ana Gomes indique que plusieurs journalistes lui demandent de commenter sa décision de formaliser la demande d'illégalisation de Chega.

Lors des élections présidentielles du 24 janvier, la socialiste Ana Gomes, soutenue par le PAN et le Livre, s'est classée à la deuxième place avec 12,9 %, soit 541 555 voix, dans un acte électoral où l'actuel président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a remporté le premier tour avec 60,7 % des voix.

Ana Gomes, qui dans la course à la présidence a devancé André Ventura du parti Chega, avec un point de pourcentage supplémentaire, justifie sa revendication auprès du PGR, en énumérant "plus de 40 points avec des citations et des publications de divers médias".

"La Cour constitutionnelle [TC] et le ministère public [MP] ne peuvent pas continuer à s'exonérer de cette responsabilité", souligne la politicienne, demandant au PGR de "charger le MP d'engager un processus de contrôle de la légalité du parti Chega par la TC et d'envisager l'éventuelle extinction judiciaire de ce parti".

Ana Gomes demande d'enquêter sur l'origine du financement du parti Chega et de ses dirigeants, "les agressions, menaces et incitations à la violence de ses dirigeants et de plusieurs militants contre les journalistes et les militants politiques".

L'ancienne candidate à la présidence a ensuite souligné qu'"il appartient au député de demander l'extinction des partis politiques qualifiés de parti armé ou militaire, militarisé ou paramilitaire, ou d'organisation raciste ou qui partage l'idéologie fasciste".



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires