La planète "4 R" d'A Rocha

Par Jake Cleaver, in Renature, Actualités · 12-02-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Comment peut-on faire d'un objet jetable un objet indestructible ?

C'est la ligne qui m'a vraiment marqué après avoir assisté à un appel Zoom entre la branche portugaise de l'association environnementale chrétienne A Rocha et l'aumônerie anglicane de Saint-Vincent en Algarve à la fin du mois dernier.

Plus de 100 personnes du monde entier ont participé à cet appel vidéo, créé pour faire connaître le projet "Plastic Free February" d'A Rocha. L'organisation de l'événement ce mois-ci coïncide parfaitement avec la tradition chrétienne qui consiste à donner quelque chose pour le prêt, et je dois dire que je pense que c'est une excellente idée, car non seulement vous faites quelque chose qui profitera à la planète, mais vous pouvez toujours manger du chocolat. Je veux dire, je sais ce à quoi je préfère renoncer.

L'événement a débuté par une vidéo de David Attenborough, puis Chris Wells (le gardien de la congrégation de l'église Saint-Vincent à Praia da Luz) a pris la relève et a géré la procédure. Nous avons entendu différents intervenants d'A Rocha, dont Robert Sluka, Marcial Felgueiras et Isabel Soares, coordinatrice de l'éducation environnementale d'A Rocha, parler du problème du plastique et de la façon dont les déchets commencent rapidement à envahir notre planète parfaite. Un moment fort de la soirée a été la sérénade du révérend Reid Hamilton, qui a repris la chanson de Joni Mitchell "Big Yellow Taxi" en chantant "they paved up paradise to put up a parking park", ce qui était particulièrement poignant après tout ce que nous avions dit ce soir-là sur le "paradis perdu". Après cela, la salle a été ouverte aux questions-réponses.

Ce soir-là, j'ai appris un certain nombre de faits solennels qui m'ont vraiment fait réfléchir. Par exemple, le plastique n'a été inventé qu'il y a environ 100 ans et depuis lors, la quantité de plastique produite a augmenté de façon exponentielle et ne montre aucun signe de ralentissement. Ce siècle a déjà produit plus de plastique que le siècle dernier. Ce n'est guère surprenant. Le plastique est bon marché, stérile et pratique - il empêche notre nourriture de s'abîmer, facilite la plomberie et allège nos voitures, ainsi qu'une infinité d'autres utilisations utiles - de nos jours, il est présent dans presque tout. Il a été la solution miracle à beaucoup de nos problèmes, mais il est devenu incontrôlable. Le problème, c'est qu'il est vraiment très résistant et qu'il ne "disparaît" jamais vraiment, et bien que nous puissions le considérer comme "hors de vue, hors d'esprit", chaque pièce de plastique jamais produite est toujours là, quelque part, sous une forme ou une autre.

C'est comme si l'un des intervenants, le révérend Dave Bookless, qui j'espère me pardonnera de le trouver amusant, avait en fait "un livre" intitulé "Dieu ne gaspille pas", explique-t-il : Dieu a rendu toutes ses créations "infiniment recyclables", mais contrairement aux animaux et aux plantes qui se décomposent et retournent dans la terre, le plastique ne se "décompose" pas, il se "désintègre".

La plus grande partie du monde est bleue et inévitablement, la majorité du plastique se retrouve dans nos océans, et Chris Wells a attiré l'attention de tous sur une étude qui estime que d'ici 2050, il y aura plus de plastique dans les océans que de poissons. Quelle idée effrayante, et inévitablement les deux s'emmêleront. Cela arrive fréquemment, et je suis sûr que nous avons tous vu ces terribles images d'oiseaux marins avec du plastique enroulé autour de leur bec. Mais il n'y a pas que ça, cela signifie que tout le monde va commencer à devenir "partiellement plastique". Les baleines, par exemple, en ramassent des masses en pensant à leur krill, et comment une pauvre vieille tortue de mer peut-elle soupçonner qu'un sac en plastique flottant n'est rien d'autre qu'une délicieuse méduse (sauf peut-être qu'elle n'a pas son habituel piquant) ?) L'abondance des déchets rend très probable que les animaux marins les ingèrent par erreur, et parce qu'ils sont alors impossibles à digérer, ils restent dans leur estomac pour toujours, ne laissant parfois aucune place pour une véritable nourriture et ils meurent de faim.

Même nous, nous ne pouvons pas échapper au fait de "devenir plastique". Comme le révérend Bookless l'a déjà dit, "le plastique ne se décompose pas, il se casse", et les océans sont également remplis de minuscules petits morceaux de ce qu'on appelle des "micro-plastiques". Les micro-plastiques sont le résultat d'objets comme les bouteilles d'eau qui sont constamment exposées à la lumière du soleil, car elles flottent sans cesse à la surface de l'océan, les rayons UV les font se détacher de ces fils de plastique presque invisibles. Les petites choses comme le zooplancton mangent alors ces petits bouts de plastique, les petits poissons mangent le zooplancton, et bien sûr, les gros poissons mangent les petits poissons. Ainsi, il remonte la chaîne alimentaire et atterrit également dans nos assiettes.

Le révérend Bookless a fait comprendre que le plastique n'est pas foncièrement mauvais, comme la plupart des technologies révolutionnaires : c'est la façon dont nous l'utilisons qui pose problème. Le vrai problème, c'est le plastique à usage unique, et c'est là que nous revenons à cette phrase fatale : "Comment un objet jetable peut-il être fait d'un objet indestructible ? C'est pourquoi A Rocha encourage les gens à participer à ce défi et à essayer de libérer le plastique en février prochain. C'est bien sûr beaucoup plus facile à dire qu'à faire, car la plupart des choses dans les supermarchés sont enveloppées dans du plastique sous une forme ou une autre, et ils encouragent donc les gens à documenter leurs efforts soit par vidéo, soit simplement en les écrivant et en les envoyant à : portugal@arocha.org. De cette façon, ils peuvent voir quelles difficultés les gens rencontrent, faire du brainstorming et faire connaître les solutions possibles.

Les meilleurs conseils d'A Rocha pour passer le mois comprennent non seulement l'apport de vos propres sacs pour vos achats en général, mais aussi d'aller plus loin et d'apporter vos propres sacs en tissu pour vos légumes et votre pain. Il faut aussi éviter les doubles emballages (comme les biscuits qui sont emballés deux fois dans du plastique), essayer d'acheter des détergents à usage multiple et, bien sûr, acheter des produits en verre chaque fois que c'est possible.

Un documentaire qu'il nous a recommandé de regarder sur Netflix, intitulé "The Plastic Ocean", se termine par ces mots : "Connaître le problème est la première étape, de la connaissance vient la bienveillance et de la bienveillance vient le changement". Après tout, nous, les humains, sommes sacrément intelligents quand nous mettons nos têtes ensemble, alors c'est bien que nous parlions tous du problème. Tout cela peut sembler assez accablant quand on regarde l'ampleur de la pollution du plastique et qu'on se demande ce que le "petit vieux moi" pourrait faire pour changer les choses. Mais juste au moment où l'appel de Zoom touchait à sa fin, une dame nous a rappelé une autre grande phrase : "Ce n'est qu'une paille en plastique, ont dit 8 milliards de personnes". Tout ce que nous pouvons vraiment faire, c'est nous changer nous-mêmes, et si nous faisons tous notre part, alors qui sait ce qui pourrait arriver.

Tout au long de la réunion, il a beaucoup été question des fameux 3 R : "Réduire, réutiliser et recycler", mais il y en avait aussi un 4e que je n'avais jamais entendu auparavant : "Refuser". Il est évident qu'il est important d'essayer de faire pression sur le gouvernement et les grandes entreprises pour qu'ils cessent de produire autant de plastique insensé. Mais après tout, ils ne produisent que ce qu'ils pensent que "nous" voulons, et si nous, les consommateurs, arrêtons de l'acheter, ce serait un bon point de départ.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires