Le Canada annule l'expulsion d'une famille portugaise

Par TPN/Lusa, in USA/Canada · 12-02-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Les autorités canadiennes ont annulé l'expulsion de la famille portugaise qui était prévue pour ce jeudi 11 février, a déclaré l'avocat de la famille à l'agence de presse Lusa le 10 février.

"Je ne suis pas sûre de ce qui s'est passé, mais l'Agence des frontières canadiennes (ASFC) nous a informés qu'elle avait annulé l'ordre d'expulsion", a déclaré Jacqueline Swaisland.

Filipe Gonçalves, 40 ans, Eva Ferreira, 39 ans, et leur fils Luís Gonçalves, 15 ans - qui sont au Canada depuis 2012 et sont originaires de Fafe (district de Braga) - ont fait l'objet d'une mesure d'expulsion le 11 février dernier suite à l'expiration de leur visa de travail, malgré plusieurs tentatives de revalidation de leur statut dans le cadre de différentes procédures.

Pour l'instant, l'avocate déclare qu'elle "n'a pas d'autres informations" concernant l'annulation de l'expulsion et le fait que l'ASFC n'ait pas "envoyé de nouvelle date pour l'expulsion" est un "bon signe".

"Ils ne nous ont pas envoyé de date future pour l'expulsion, il ne semble pas qu'ils seront expulsés à une autre date, ils nous ont juste dit que c'était annulé", a-t-elle ajouté.

Depuis son arrivée au Canada en août 2012, la famille affirme avoir dépensé environ 56 000 dollars canadiens (36 400 euros) pour trois consultants en immigration et avocats de différentes sociétés.

La famille portugaise est arrivée au Canada, a demandé deux visas de travail en 2012, par l'intermédiaire d'une entreprise de transport de marchandises lourdes.

Les visas de travail de Filipe, d'une durée d'un an, et d'Eva, d'une durée de deux ans, ont été approuvés à la mi-novembre de cette année-là, lorsque les deux ont commencé à travailler au Canada avec tous les documents légaux.

Le problème s'est posé lors du renouvellement des visas de travail, qui n'a pas eu lieu, la famille accusant plusieurs consultants en immigration de ne pas avoir "fait leur travail".

La famille n'a pris conscience du fait qu'elle était sans papiers qu'en 2014, malgré des tentatives de légalisation infructueuses.

En mars 2020, Ottawa a suspendu la plupart des expulsions en raison de la pandémie. Début août, le Canada a décidé d'expulser les cas les plus graves d'inadmissibilité. Et tous les cas d'inadmissibilité à la fin du mois de novembre.

C'est alors que la famille portugaise a contacté l'avocat de Toronto, qui a déposé une demande de statut humanitaire en décembre pour l'énorme effort qu'elle a "fait pour régulariser son statut au Canada".

Entre-temps, Jacqueline Swaisland a soumis une demande de report de l'expulsion, arguant que la famille "ne devrait pas être expulsée pour le moment", et que l'ASFC devrait attendre jusqu'à ce qu'elle ait une réponse à la demande de statut de compassion humanitaire et parce qu'"il n'est pas sûr de voyager au Portugal parce que ce pays a l'un des taux les plus élevés de cas d'infections dus à la pandémie".

La demande a été rejetée par les autorités canadiennes, la dernière alternative étant un appel devant la Cour fédérale, qui serait présenté le 10 février, un jour avant l'expulsion.

Selon les données du gouvernement canadien, plus de 480 000 Portugais et descendants de Portugais vivent dans le pays.




Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires