Chirurgie thoracique sans tube ? Oui, l'avenir, c'est aujourd'hui

Par Advertiser, in Santé, Actualités, Santé et environnement · 19-02-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

L'unité de chirurgie cardiothoracique et le mois du coeur

La chirurgie thoracique vidéo-assistée (Tubeless-VATS) est une chirurgie mini-invasive qui consiste à atteindre la cavité thoracique par une seule incision, sans anesthésie générale.
Pendant la procédure Tubeless-VATS, le chirurgien crée une seule incision de 3 cm, de plusieurs centimètres de large, sans tube endotrachéal, sans cathéter urinaire, sans veine centrale et sans péridurale.

Cette seule incision sert de port pour les instruments chirurgicaux traditionnels et le thoracoscope, une longue et fine tige attachée à une caméra vidéo à fibre optique. Le thoracoscope permet au chirurgien de visualiser la cavité thoracique et de pratiquer l'opération sans avoir à ouvrir la paroi thoracique. Grâce à cette seule petite incision, le chirurgien peut effectuer des interventions cardiaques intensives.

Le principal avantage de cette procédure est que le patient n'a pas besoin d'être intubé comme c'est le cas avec une anesthésie générale, ce qui évite la morbidité péri-opératoire due à l'effet néfaste de l'anesthésie générale et de la ventilation mécanique à un seul poumon. À cela s'ajoutent les avantages de la respiration spontanée chez un patient non intubé.

Les critères pour une procédure Uniportal non intubée, incluent tous les patients sélectionnés pour lesquels la morbidité associée à la thoracotomie conventionnelle et le risque lié à l'anesthésie générale intubée pourraient être réduits ou évités.

Le choix d'une technique d'incision unique chez un patient éveillé ou chez un patient non intubé pourrait minimiser encore plus le caractère invasif de la chirurgie et de l'anesthésie.

Nous considérons qu'il est très important d'éviter l'anesthésie générale par intubation, chez les patients à haut risque, comme les personnes âgées ou celles qui ont une mauvaise fonction pulmonaire. Il est conseillé de procéder à une sélection minutieuse des patients, en particulier pendant la période d'essais. Les contre-indications pour les résections majeures alors que le patient est éveillé sont, une gestion des voies aériennes difficile, l'obésité (indice de masse corporelle>30), des adhérences pleurales denses et étendues, des patients hémodynamiquement instables, l'ASA>II et les grosses tumeurs (>6 cm).

Grâce à la possibilité d'éviter l'intubation, la ventilation mécanique et les relaxants musculaires, les effets secondaires de l'anesthésie sont minimes, ce qui permet à la plupart des patients d'être inclus dans un protocole de sortie d'hôpital rapide évitant de devoir être admis dans une unité de soins intensifs. En outre, le stress chirurgical péri-opératoire impliqué pourrait être atténué chez les patients non intubés subissant un VATS Uniportal grâce à la réduction des hormones de stress postopératoire et des médiateurs pro-inflammatoires liés à la ventilation mécanique. L'oxygène (6-9 l/min) est fourni par un masque facial. La gestion pharmacologique est basée sur une perfusion ciblée de rémifentanyl et de propofol, avec une prémédication de midazolam (0,15-0,25 mg/kg) et d'atropine (0,01 mg/kg) 15 minutes avant l'anesthésie, en ajustant la vitesse de perfusion en temps réel avec auscultation à tout moment pendant l'opération. L'utilisation d'un blocus vagal préopératoire est recommandée pour supprimer la toux qui pourrait être gênante lors de la traction pulmonaire et de la manipulation hilaire pendant la dissection.

Lors d'une approche uniportée chez un patient non intubé, il est recommandé d'effectuer un blocage paravertébral ou une infiltration intercostale sous vision thoracoscopique. L'importance d'éviter le bloc thoracique épidural (en évitant les opioïdes) permettra une récupération plus rapide et un retour aux activités quotidiennes.

La chirurgie thoracique sans tube évolue actuellement, remettant en question les anciens critères d'exclusion et élargissant les indications aux résections pulmonaires majeures ou même aux résections trachéales et carinales afin d'obtenir de meilleurs résultats peropératoires et de favoriser une période de récupération minimale.

Ce texte a été rédigé par les professeurs Javier Gallego et Diego Gonzalez Rivas, tous deux chirurgiens extraordinaires de l'unité de chirurgie cardiothoracique du groupe de santé HPA.

Le professeur Javier Gallego est le coordinateur de la spécialité du groupe de santé de l'APS en Algarve et a acquis une vaste expérience dans les chirurgies cardiaques, dans des pathologies telles que la sténose aortique, et dans la chirurgie thoracique, dans des situations telles que le cancer du poumon et les malformations thoraciques (pectus excavatum et carinatum).

Le professeur González Rivas, l'un des plus éminents chirurgiens cardiothoraciques du monde, est un précurseur dans ce domaine. En 2010, González Rivas a été le pionnier de la résection anatomique unilatérale par thoracoscopie vidéo-assistée (avec une seule incision), ayant réalisé en 2014 les premières opérations pulmonaires, également avec une seule incision chez des patients sans intubation et en respiration spontanée. Il a également été le pionnier de la résection uniportée à l'aide d'un bras robotisé articulé, sans qu'il soit nécessaire de faire appel à un chirurgien assistant (premier cas en 2016).

Contacts :
Téléphone : +351 282 420 400
Site web : www.grupohpa.com




Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires