Le syndicat des enseignants remet une pétition et une proposition de négociation au ministère de l'éducation

Par TPN/Lusa, in École, COVID-19, Politique · 23-02-2021 18:22:00 · 0 Commentaires

La Fédération nationale des enseignants (Fenprof) a remis ce matin une pétition et une proposition de négociation au ministère de l'éducation pour exiger la fin des vacances de postes pour la progression vers les cinquième et septième échelons de la carrière d'enseignant.

L'objectif de la proposition est de rendre le système de progression de carrière similaire à celui en vigueur dans la région autonome de Madère, où "le nombre de postes vacants a toujours été égal au nombre de personnes pouvant progresser", a précisé le secrétaire général de Fenprof, Mário Nogueira. La fédération syndicale défend des exigences égales à celles prévues pour les autres niveaux, qui comprennent la prise en compte de l'ancienneté, l'évaluation avec un minimum de "bon" et la formation continue.

"Entre 2018 et 2020, qui sont les deux premières années de fonctionnement du régime, le nombre d'enseignants retenus a augmenté de 280 %, avec près de 600 enseignants déjà empêchés de progresser, alors qu'ils ont toutes les conditions pour cela", a dénoncé le dirigeant syndical, qui s'est adressé aux journalistes devant le ministère de l'Education, à Lisbonne, où il a remis la pétition et la proposition.

Le secrétaire général de Fenprof a déclaré que "l'accès aux cinquième et septième niveaux de carrière concerne environ cinq mille enseignants" et que, par conséquent, sur les 15 000 signatures recueillies jusqu'à présent dans la pétition, environ deux tiers sont des enseignants solidaires de leurs collègues.

"Il ne nous vient même pas à l'esprit que le ministère de l'Education ne va pas maintenant se conformer à cette proposition et permettre aux enseignants de progresser naturellement dans leur carrière", a déclaré Mário Nogueira, après avoir accusé le ministère d'abandonner systématiquement les enseignants, "les enseignants ont rempli avec zèle leurs devoirs et exigent donc le respect de leurs droits", a-t-il souligné.

Aujourd'hui, avec le ministère de l'Education, la réunion a rassemblé des membres du Secrétariat national du Fenprof et des enseignants de quatrième et sixième niveaux. Interrogé sur la réouverture des écoles, Mário Nogueira a défendu que l'enseignement en présentiel est "incomparablement meilleur" que l'enseignement à distance, mais que la décision, du point de vue de la sécurité en cas de pandémie, "est une question qui relève de la compétence des experts".Le dirigeant syndical a préconisé qu'en cas d'ouverture, des mesures de sécurité sanitaire adéquates soient mises en place, telles que "des tests et des vaccins pour les enseignants, ainsi que la transparence dans les écoles"."La question de la santé et de la sécurité au travail fait l'objet de négociations avec les organisations syndicales, nous espérons donc que le gouvernement n'oublie pas qu'il doit nous rencontrer pour discuter des conditions d'ouverture", conclut-il. Plus d'un million d'élèves de l'enseignement primaire et secondaire ont suivi des cours à distance depuis le 22 janvier, en raison de l'aggravation de la situation de pandémie au Portugal. Pour l'instant, il n'y a toujours pas de calendrier pour le retour à l'enseignement en classe.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires