Le Président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, écoutera aujourd'hui les partis IL, Chega, PEV, PAN, CDS-PP et PCP sur le renouvellement de l'état d'urgence. Demain, ce sera le tour des partis BE, PSD et PS et, le lendemain, le Parlement se réunira pour débattre et approuver la probable reconduction de l'état d'urgence, qui prendra effet entre le 2 et le 16 mars. La période actuelle se termine le 1er mars à 23h59.

Pour déclarer l'état d'urgence, le Président de la République doit écouter le gouvernement et avoir l'autorisation de l'Assemblée de la République, qui lors des trois derniers renouvellements a été donnée avec les votes en faveur du PS, du PSD, du CDS-PP et du PAN, BE s'abstenant et les votes contre du PCP, de l'ENP, du Chega et de l'Initiative Libérale.

Selon la Constitution, le cadre juridique qui permet la suspension de l'exercice de certains droits, libertés et garanties ne peut pas durer plus de quinze jours, sans préjudice des éventuels renouvellements avec le même délai.

Lundi, lors de la réunion avec les épidémiologistes, Marcelo Rebelo de Sousa a souligné la "fenêtre d'espoir" concernant la vaccination contre le covid-19 au cours du deuxième trimestre de cette année.