Re : La criminalité environnementale à Lagoa

in Communauté, Courrier · 26-02-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Cher M. Blofeld, votre diatribe n'est malheureusement étayée par aucune information factuelle correcte. Je la qualifie de "fausse nouvelle", principalement propagée par un bulletin d'information électronique anglais mal informé circulant en Algarve :

Quelques faits réels et vérifiables :

  1. La parcelle de terre que les écologistes appellent "les Alagoas Brancas" n'existe pas.
  2. Elle n'a jamais été une zone humide en tant que telle. C'est une combinaison de champs d'orangers et de prairies qui a "bénéficié" de l'augmentation du débit d'eau dans cette zone suite au développement de la ville de Lagoa et à l'inexistence du système de traitement des eaux de pluie de Lagoa. C'est pourquoi elle inonde parfois exactement comme tous les champs environnants dans cette zone ! Lorsque l'Aldi a été construit, une sortie du canal d'irrigation a été fermée, jugée inutile, d'où la naissance de l'étang qui s'y trouve.
  3. Le site a été vendu il y a de nombreuses années à un promoteur de projet qui a obtenu un permis (de construire) pour développer la zone à des fins commerciales. Faute d'intérêt, il n'a jamais été entretenu correctement jusqu'à récemment, comme c'est le cas pour beaucoup d'autres propriétés de ce type.
  4. Le permis a été renouvelé et est toujours valable.
  5. Les véritables zones humides de Lagoa sont situées à l'est de Lagoa et sont appelées "Lameiras". Vous pouvez y trouver la base réelle des espèces que vous prétendez être originaires de vos zones humides en très grand nombre. Comme vous le savez, il arrive que des oiseaux s'égarent et atterrissent là où ils le souhaitent, également dans votre site, mais ils reviennent assez rapidement à Lameiras ou à Salgados parce qu'il y a simplement beaucoup plus de nourriture (insectes des rizières) et de tranquillité pour eux là-bas.

Personnellement, j'ai plus confiance dans les études des Portugais et de leurs institutions officielles que dans celles des partis politiques et des groupes d'influence. N'oublions pas que les zones humides de Salgados ont été préservées par ces mêmes institutions. Qui est prêt à croire qu'une zone de moins de 8 ha dans les limites de la ville, avec des routes et des activités commerciales à moins de 20 mètres, constitue un site protégé viable, a perdu toute raison et tout lien avec la réalité.

Je pense personnellement qu'il y a des arrière-pensées derrière ce mouvement. Il existe de nombreuses possibilités, mais je n'en ai aucune preuve.

Quelques conseils pour terminer : Profitez de l'hospitalité portugaise, mais laissez-les gérer leur pays comme ils l'entendent. N'oubliez pas que vous n'êtes qu'un invité ! Si vous restez malheureux, vous pouvez toujours partir...
Sunny Senior !.
Par e-mail



Articles Liés

Vert ambre
Dans Courrier - 02 Jul, 01h00

Catastrophes en attente
Dans Courrier - 01 Apr, 01h00

Contacts utiles
Dans Courrier - 19 Mar, 01h00

Trump
Dans Courrier - 05 Mar, 01h00

Test Covid privé
Dans Courrier - 05 Feb, 13h33


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires