Cartes à gratter pour financer le patrimoine culturel

Par TPN/Lusa, in Actualités, Curiosité · 05-03-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Le gouvernement va créer un nouveau ticket de grattage pour financer les investissements dans le patrimoine culturel du pays, mais cette initiative a été critiquée pour être financée par une "addiction".

Le président du Conseil économique et social (CES), Francisco Assis, va promouvoir une étude sur l'impact social de la dépendance aux cartes à gratter et informera le gouvernement dans l'espoir qu'il réagira par rapport au lancement de la nouvelle loterie instantanée (carte à gratter).

"Le gouvernement devrait reconsidérer le lancement d'une nouvelle loterie instantanée, qui est prévu dans le budget de l'État. (...) Si j'avais des responsabilités gouvernementales, j'attendrais, au moins, l'étude que le CES va réaliser", a déclaré Francisco Assis à Lusa.

Des chercheurs de l'Université du Minho vont commencer l'étude sur les conséquences sociales des cartes à gratter et l'étude est prévue dans le plan d'activités du CES pour cette année.

Cette nouvelle carte à gratter est mise en évidence dans les principales mesures de politique budgétaire telles que la Lotaria Instantânea do Património Cultural, dont les recettes devraient s'élever à 5 millions d'euros.

Pour Francisco Assis, il n'est pas acceptable de penser à financer un quelconque investissement au détriment de l'appauvrissement de ceux qui sont accros à ce type de jeu.

"Je crains que le lancement d'une nouvelle carte à gratter, bien que l'intention soit bonne, (...) ne contribue à aggraver ce problème de dépendance qui détruit les personnes issues des secteurs sociaux les plus défavorisés".

Considérant que "ce n'est pas un problème mineur", le président du CES a décidé de poursuivre l'étude, qui impliquera des spécialistes de différents domaines.

"Il ne m'appartient pas de lancer des appels [au gouvernement], mais d'informer que le CES va réaliser l'étude qui constitue en quelque sorte un appel. Nous ne sommes pas des décideurs, mais nous avons la responsabilité d'attirer l'attention sur les problèmes", a-t-il déclaré.

Les cartes à gratter représentent 50 % des revenus totaux des loteries et leurs ventes ont augmenté de manière significative depuis 2010, selon une étude de Daniela Vilaverde et Pedro Morgado en mars 2020.

Selon la même étude, en 2018, la valeur des cartes à gratter vendues au Portugal était de 1,594 millions d'euros, ce qui signifie que chaque personne a dépensé, en moyenne, environ 160 euros par an en cartes à gratter.

En Espagne, des cartes à gratter d'une valeur de 627,1 millions d'euros ont été vendues la même année, ce qui équivaut à environ 14 euros par personne.

Francisco Assis a également déclaré que, selon les experts médicaux, les cartes à gratter créent une dépendance facile au jeu car elles sont rapides, elles sont bon marché, il n'est pas nécessaire de comprendre le jeu et elles sont faciles à acheter car elles sont en vente dans de nombreux magasins.

"Et ce sont les personnes à faibles revenus qui sont les plus dépendantes", a-t-il déclaré, rappelant les études internationales sur le sujet.

Le président du CES a estimé que "le problème est plus grave que vous ne le pensez" car la destruction des individus et de leurs familles est en jeu.

"Il est immoral d'ignorer cette question et de ne pas se laisser décourager par l'utilisation de ces jeux pour financer quoi que ce soit (...) nous contribuons à l'autodestruction de nombreux individus issus des milieux socio-économiques les plus défavorisés", a-t-il déclaré.
Francisco Assis a soutenu que le CES doit être attentif aux questions sociales et doit produire des documents sérieux à présenter aux décideurs, "pour donner plus de cohérence aux décisions politiques dans les domaines économique et social".



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires