Le syndicat met en garde contre la possibilité de licencier 1 800 infirmières

Par TPN/Lusa, in Actualités, Santé et environnement, Politique · 06-03-2021 10:00:00 · 0 Commentaires

Le syndicat portugais des infirmières (SEP) a envoyé une lettre au Premier ministre et au ministre de la Santé concernant le possible licenciement d'environ 1800 professionnels par résiliation de contrat de travail à durée déterminée, qu'il considère comme "profondément intolérable".

Dans la lettre, à laquelle l'agence de presse portugaise Lusa a eu accès, le SEP attire l'attention sur le décret-loi n° 89/2020, du 16 octobre, qui établit un système exceptionnel pour la création de relations de travail légales à durée indéterminée ou indéfinie dans les organismes, les organes, les services et autres entités du ministère de la Santé.

Le 26 janvier, le ministère a autorisé l'ouverture de concours et a fixé le nombre de postes à pourvoir dans chaque institution et dans le secteur de l'administration publique, les contrats de travail publics à durée déterminée sont considérés comme étant automatiquement renouvelés jusqu'à la fin des procédures de concours.

Cependant, les administrations régionales de la santé (ARS) du Centre et de Lisbonne et Vallée du Tage ne sont pas autorisées à ouvrir des concours, ce qui signifie, selon le syndicat, qu'environ 1 800 infirmières seront licenciées.

"Cela signifie que, de manière inadmissible, tous les infirmiers qui ont établi un contrat à durée déterminée entre le 1er août et le 31 décembre 2020, et qui accomplissent les huit mois entre le 1er avril et le 31 août 2021, seront licenciés", prévient le SEP dans la lettre.

Dans le secteur public également, il y aura des licenciements pour les infirmières qui ont un contrat à durée déterminée pour la période comprise entre le 18 octobre et le 31 décembre 2020 et qui accomplissent les huit mois entre le 18 juin et le 31 août 2021.

Dans les établissements du secteur public administratif, en particulier dans les ARS du Centre et de Lisbonne et Vallée du Tage, les infirmiers qui ont des contrats de travail à durée déterminée dans la fonction publique entre le 1er mai et le 31 décembre 2020 et qui accomplissent les huit mois entre le 1er février et le 31 août 2021, seront licenciés.

Selon l'"Analyse mensuelle de l'équilibre social" dans le "SNS - Portal do SNS", entre le 1er août et le 31 décembre 2020, 1 833 contrats ont été établis avec des infirmières qui, parce qu'elles sont à durée déterminée, seront licenciées, dénonce la structure syndicale.

Le SEP rappelle que, malgré la diminution du nombre de nouveaux cas et de personnes hospitalisées avec le Covid.19, les besoins sanitaires "seront maintenus et augmentés", notamment en ce qui concerne l'urgence de reprendre et d'intensifier les réponses du SNS aux besoins sanitaires dits "non-covid.19", l'activité accrue des infirmières dans le domaine des "tests et vaccinations de masse", le droit de prendre des vacances, les tolérances, les congés, les périodes de repos et la nécessaire intégration des jeunes infirmières qui, terminant leur cursus en juillet, devraient être admises à partir d'août.

Dans sa missive, le SEP exige que les établissements gérés par les sociétés de PE convertissent en contrats à durée indéterminée tous les contrats à durée déterminée, y compris ceux à durée indéterminée, basés sur le remplacement des infirmiers temporairement absents, et dans les établissements du secteur administratif public que les contrats publics de travail à durée déterminée soient automatiquement renouvelés jusqu'à la fin des procédures d'appel d'offres, et que, jusqu'au 30 mars, les appels d'offres soient ouverts dans les Autorités sanitaires régionales du Centre et de Lisbonne et de la Vallée du Tage.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires