Que la bataille commence !

Par Marilyn Sheridan, in Maison et jardin · 12-03-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

J'ai passé les dernières semaines à lutter contre les plantes qui insistent pour s'emparer de mon précieux terrain au Portugal, et j'ai commencé par le lantana.

Par curiosité, j'ai consulté Wikipédia à leur sujet et j'ai trouvé ceci : " Lantana est un genre d'environ 150 espèces de plantes à fleurs vivaces de la famille des verveines, Verbenaceae . Elles sont originaires des régions tropicales d'Amérique et d'Afrique, mais existent en tant qu'espèces introduites dans de nombreuses régions, notamment dans la région Australie-Pacifique, le sud et le nord-est de l'Inde", puis j'ai lu ailleurs que c'était l'une des 100 espèces les plus envahissantes au monde, et j'ai aussi appris qu'elle était toxique pour les chiens et les chats.

Hmm. Il n'est dit nulle part que c'est un arbuste nuisible au Portugal. Nulle part il n'est dit à quel point il sent l'urine de chat. Je n'ai lu nulle part à quel point il est difficile de le contrôler jusqu'à ce que je cherche comment le tailler. La mienne est une haie qui a grandi de plus d'un mètre de haut, principalement parce que je n'avais pas regardé la balle, et elle a profité de ma négligence et était maintenant comme un lit de triffides, insistant pour prendre lentement le monde entier. Elle avait grandi de manière agressive et persistante, devenant plus grande et plus épaisse, et elle empêcherait certainement les troupeaux de gnous en maraude s'il y en avait dans les environs, et j'avais été bercé dans un faux sentiment de sécurité parce qu'elle fleurit de manière prolifique, de petites têtes de fleurs multicolores qui sont vraiment jolies et attirent les abeilles, mais la plante grandissait insidieusement chaque année. Chaque plante ne se contentait pas d'étendre ses bras épineux et ligneux pour enlacer sa voisine, mais donnait naissance à de petits drageons à partir de la base, éduqués pour participer au chaos. J'ai lu qu'il fallait l'arroser de temps en temps (mais elle n'avait jamais reçu qu'un demi jet d'eau quand j'ai vu qu'elle avait l'air un peu flétrie) et j'avais aussi taillé sans enthousiasme les pousses plus basses qui pendaient sur le chemin, donc c'est manifestement le genre de plante qui s'épanouit dans la négligence.

Eh bien, cette année, j'étais aux commandes, coupant impitoyablement mon chemin à travers l'enchevêtrement, c'était comme se frayer un chemin à travers un buisson de ronces, et petit à petit, chaque plante a été réduite à une poignée de bâtons, chacun d'à peine six pouces de long, assis dans une étendue de terre nue. Elle s'est défendue, j'en ai les cicatrices pour le prouver, mais finalement je me suis tenu triomphalement là, métaphoriquement avec le poing serré levé, dégoulinant de sueur et d'une goutte de sang, la bataille gagnée, la brouette débordant de ces tentacules misérables, et le travail était fait. Je me suis demandé si je n'avais pas exagéré dans mon enthousiasme à reprendre le contrôle - tout avait l'air un peu triste (et mort pour être honnête) et j'espérais que les oiseaux trouveraient un autre endroit pour élever leurs petits cette année, car un ou deux nids étaient tombés pendant mon opération éclair.

Eh bien, pas une semaine plus tard, avec les épisodes de pluie et de soleil, de toutes petites feuilles vertes apparaissent sur ces bâtons morts - les géants se réveillent pour avoir une autre chance - mais j'ai appris ma leçon maintenant, et je serai tapi dans son ombre, sécateur à portée de main, et je le couperai plus tôt !



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires