Dimanche on s'amuse !

Par Neil Connolly, in Sports, Golf · 12-03-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Si l'un d'entre vous a eu la chance de regarder l'Arnold Palmer Invitational, il doit avoir l'impression que le jeu a atteint un niveau amusant grâce à la domination de Bryson Dechambeau sur le terrain de golf et à l'approche de sniper de Lee Westwood.

Je suis assez vieux pour me souvenir d'avoir vu Seve se tenir sur le 10e tee au Belfry et prendre le green avec un bois 3. Puis j'ai vu John Daly sortir de nulle part en 1991 à Crooked Stick lors du championnat PGA, où il frappait la balle tellement plus loin que n'importe qui d'autre que les difficultés que l'architecte, Pete Dye, avait prévues pour chaque coup de départ étaient pratiquement hors jeu pour le long John Daly.

C'était il y a 30 ans maintenant, et la soif de distance du public n'a pas diminué. Nous oublions parfois que le golf est par essence un divertissement et qu'il faut donner au public ce qu'il veut. Apparemment, les joueurs ont attendu de voir si le tristement célèbre 6e trou du Bay Hill Invitational d'Arnold pouvait être repris. Jordan Spieth a même dit à Bryson qu'il s'était inscrit au tournoi juste pour voir si cela pouvait être fait ou non.

Le trou en question est un par cinq de 555 mètres, un trou en fer à cheval qui entoure un très grand lac. La distance entre le tee et le bord avant du green est de 335 yards, avec une marge d'erreur absolument nulle. Bryson avait laissé entendre qu'il serait logique pour lui de jouer le green dans de bonnes conditions. Samedi, les conditions étaient favorables au lancement. Avec un peu d'encouragement de la part de la foule, le défi a été accepté, la ligne a été prise et la balle a été expédiée au-dessus de l'eau, lui laissant 68 yards jusqu'au green. Un petit wedge de 58 degrés sur le bord avant et deux putts plus tard, un birdie était inscrit sur la carte.

On a beaucoup parlé de la situation de Bryson en matière de musculation, puisqu'il a pris 20 kilos de muscles depuis qu'il est devenu professionnel, notamment pendant le confinement l'année dernière. Il ne fait aucun doute qu'il frappe la balle à une distance énorme. Le battage médiatique est fabuleux car il montre que le jeu change et peut changer. Mais avec toute cette puissance, il ne menait pas au dernier tour ; c'est un Anglais qui va bientôt avoir 48 ans qui tenait la tête.

Westwood est connu pour être incroyablement précis au départ du tee et avec ses fers. Si l'on ajoute à cela le fait que 70 % du jeu se joue à 100 mètres du trou, on comprend que Bryson a un avantage considérable dans ces 30 % du jeu, mais que le reste dépend de la précision, du toucher et des sensations. Un domaine où l'on pourrait penser qu'il est désavantagé.

Au 6e trou, dimanche, Bryson a encore frappé un drive de plus de 350 yards, ce qui lui laisse 88 yards jusqu'au green. Westwood a frappé un drive de plus de 300 yards et il lui restait 256 yards jusqu'au green. Étonnamment, leurs deuxièmes coups sur le trou ont été laissés à moins de 2 mètres l'un de l'autre. Ce n'est pas un avantage énorme après tout.

Au bout du compte, Dechambeau a dû faire un putt d'un mètre sur le dernier trou pour remporter le championnat, d'un coup, face à Lee Westwood. La balle a trouvé le milieu du trou, et le vieux dicton d'Arnold n'aurait pas pu être plus vrai : "Vous conduisez pour le spectacle et vous puttez pour l'argent".

Des mots sages de la part du roi et tout à fait appropriés étant donné qu'ils jouaient à son Invitational cette semaine. Cela montre que plus les choses changent, plus elles restent les mêmes.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires