L'affaire du meurtre de la boite de nuit d'Algarve passe en jugement

Par TPN/Lusa, in Algarve, Criminalité, Actualités · 19-03-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Le jeune homme accusé d'avoir abattu un autre jeune homme qui travaillait dans une boîte de nuit à Boliqueime, Loulé, a montré qu'il regrettait son crime lors de sa comparution devant le tribunal le 16 mars et a affirmé qu'il n'avait pas l'intention de tuer l'homme lorsqu'il a tiré.

"Je suis vraiment désolé pour ce que j'ai fait et je n'ai jamais tiré pour tuer quelqu'un", a déclaré António Tavares, 21 ans, à la fin de la première session du procès qui s'est tenue au tribunal de Faro, au cours de laquelle les auditions de toutes les personnes citées comme témoins ont été conclues.

Le crime remonte aux premières heures du 23 août 2019, lorsque Lucas Leote, 19 ans, qui faisait partie du personnel de la boîte de nuit Lick, en Algarve, a été mortellement touché à la tête, le tireur présumé ayant pris la fuite.

Selon l'acte d'accusation, auquel Lusa a eu accès, le crime s'est produit "suite à une dispute survenue quelques instants auparavant avec des agents de sécurité de l'établissement", et l'accusé a agi par "vengeance", le visage "couvert par un casque".

Devant le tribunal, l'un des enquêteurs de la police judiciaire (PJ) qui a recueilli des preuves sur les lieux, a indiqué que deux coups de feu ont été tirés "en continu" à une distance rectiligne d'environ sept mètres de l'une des entrées du club, réservée aux clients et où se trouvaient Lucas Leote et deux agents de sécurité.

Après avoir visionné les images de vidéosurveillance capturées aux premières heures du crime et interrogé sur la prétendue habileté d'António Tavares à manier l'arme, le témoin a noté que le défendeur avait "une capacité à maîtriser l'arme".

Selon le tribunal, lorsqu'il a tiré les coups de feu, l'accusé a adopté une posture corporelle dans laquelle ses jambes étaient légèrement pliées, une position qui, selon l'inspecteur de la PJ, "lui permet de tirer plus efficacement".

Après avoir été confronté aux images et avoir été interrogé sur le fait de savoir s'il pensait que l'accusé avait de l'expérience avec les armes ou s'il tenait une arme pour la première fois, le témoin a déclaré qu'il présumait qu'il s'agissait "d'une personne ayant de l'expérience, vu la façon dont il adoptait cette posture".

L'un des tirs a dévié de sa trajectoire et a fini par toucher le bord d'une sorte d'écran en aluminium placé à côté de la porte de la boîte de nuit, mais l'autre n'a subi aucune déviation et a transpercé l'aluminium, touchant Lucas Leote.

Interrogé sur l'intention présumée de frapper quelqu'un, l'inspecteur a répondu qu'il considérait qu'il y avait une telle intention de la part du tireur, soulignant que les agents de sécurité étaient visibles depuis l'endroit où les coups de feu ont été tirés.

Selon l'acte d'accusation, le ministère public estime que l'accusé a "visé la zone de la tête des personnes qui se trouvaient sur les lieux, car c'est là que sont logés les organes essentiels de la vie, sachant pertinemment que les balles tirées pénétreraient dans cette région et que ce comportement était susceptible" de causer leur mort.

L'arme à feu de calibre neuf millimètres avec laquelle les coups de feu ont été tirés n'a jamais été retrouvée, de même que la balle qui a mortellement blessé la victime.

Tavares a été en fuite pendant environ un an jusqu'à ce qu'il soit arrêté dans la banlieue de Paris et remis aux autorités portugaises en août de l'année dernière.

S'adressant aux journalistes à l'extérieur du tribunal, l'avocat de la défense a déclaré que le défendeur devrait se voir appliquer le régime des jeunes délinquants, étant donné son âge au moment du crime, alors qu'il ne pouvait pas encore "comprendre la valeur de l'action".

"Une personne qui a 20 ans n'a pas cette notion", a déclaré Pedro Benamor Marvão, arguant que le défendeur devrait recevoir "une peine non privative de liberté", par exemple dans un établissement correctionnel, et non en prison.

Selon l'avocat, António Tavares ne connaissait pas la victime et "n'avait pas l'intention" de la tuer, car lorsqu'il a tiré "c'était juste pour lui faire peur", il n'y avait pas "d'intention de nuire", mais plutôt "une attitude de représailles contre la provocation" des agents de sécurité.

Le prévenu est accusé d'un chef d'accusation de meurtre au premier degré, de deux chefs d'accusation de tentative de meurtre au second degré, d'un chef d'accusation de possession d'une arme prohibée et d'un chef d'accusation de conduite d'un véhicule à moteur sans autorisation légale.

La lecture du jugement est prévue le 26 mars à 15 heures au tribunal de Faro.




Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires