Tout le monde s'accorde à dire que les fabuleux vins et les magnifiques portos du Portugal sont bien connus et appréciés, mais il en est un qui n'attire pas beaucoup l'attention : la boisson traditionnelle qu'est le Medronho.

Souvent offert en fanfare par votre hôte à partir d'une bouteille non étiquetée en guise de digestif dans les restaurants, ou bu par les locaux avec leur "bica" (café) du matin pour se remonter le moral en début de journée, il s'agit probablement d'un Medronho fait maison, l'eau de feu locale du Portugal. Elle peut atteindre un degré d'alcool de 56 %, mais sa teneur moyenne est de 50 %, et elle donnera certainement un coup de fouet à la journée de n'importe qui ! Son nom portugais est "Aguardente de Medronhos", eau-de-vie de fruits, et elle est fabriquée à partir du fruit de l'"arbousier", nom scientifique Arbutus Unedo.

Les fruits de l'arbre ressemblent à des fraises, d'où le nom commun d'"arbousier", mais ils ressemblent en fait davantage à des litchis, poussent en grappes et sont prêts à être cueillis lorsqu'ils sont d'une riche couleur orange/rouge. Il pousse à l'état sauvage sur les sols rocheux de la région méditerranéenne et de l'Europe occidentale, mais au Portugal, il pousse notamment dans l'Alentejo et l'Algarve, et l'arbre lui-même atteint en moyenne 6 m de haut et autant de large.

Très peu d'agriculteurs ont une licence pour la distillation, mais sont tolérés par les autorités pour maintenir en vie cette spécialité traditionnelle portugaise, bien qu'elle soit également brassée commercialement. J'ai lu récemment qu'il n'y avait pas de plantation commerciale d'arbres jusqu'à récemment, mais que les fruits sont principalement collectés par les agriculteurs locaux.

Par conséquent, le bon Aguardente de Medronhos n'est pas encore facile à trouver dans les supermarchés, mais est plutôt acheté directement à ces agriculteurs.

Pendant de nombreuses années, la plupart des familles de Monchique par exemple, surtout les plus anciennes, ont fabriqué leur propre marque de Medronho, et il est possible de rendre visite à certains distillateurs pour voir l'équipement traditionnel, et même assister au processus de distillation lui-même.

Il faut 7 à 10 kilos de ces baies succulentes pour obtenir un litre de ce précieux liquide, et la cueillette commence en groupe, avec la famille, les voisins et les amis qui se réunissent pour cueillir sur leur propre terrain ou sur un terrain loué, et celui qui connaît l'emplacement d'un bosquet ensoleillé a un avantage certain, car c'est là que l'on trouve les fruits les plus sucrés. Sur un même arbre, il peut y avoir des fleurs et des fruits à différents stades de maturité, mais les distillateurs ne s'intéressent qu'aux baies mûres de couleur feu.

Celles-ci produiront non seulement une plus grande quantité de boisson, mais celle-ci sera également plus douce. Dans tous les cas, la cueillette se poursuivra jusqu'en décembre, date à laquelle les distillateurs commenceront à se concentrer sur la distillation.

La fermentation commence par le versement des fruits dans de grands pots ou des cuves. Apparemment, il ne suffit pas de jeter les seaux les uns après les autres, mais on les ajoute petit à petit, et il est essentiel de maintenir humide la "bouillie" de Medronho, sinon elle deviendra amère et la boisson échouera lamentablement. Cette humidité est obtenue en arrosant les baies de Medronho tous les jours, et c'est l'expérience et l'observation du distillateur qui déterminent dans quelle mesure. Dès qu'il y a un équilibre entre la matière solide et la matière liquide, le Medronho commence à bouillonner, ce qui signifie que la fermentation a commencé, et se poursuit pendant 45 à 60 jours.

Le processus de distillation se déroule traditionnellement dans de grandes cuves en cuivre appelées "alambiques", qui sont chauffées pour permettre l'extraction de l'alcool. Ce processus délicat peut durer jusqu'à 7 heures et tout le liquide obtenu ne sera pas mis en bouteille, seulement la partie qui garantit la meilleure qualité et dont la concentration en alcool n'est jamais inférieure à 42 %.

Le produit final est une liqueur forte, donnant une sensation de brûlure lorsqu'elle descend dans votre gorge et traverse vos sinus.

Et pour le goût ? Eh bien, rien à voir avec les fraises ! Le fruit lui-même est un goût acquis, il est acidulé, et oui, comestible, granuleux et quelque peu insipide, et on m'a dit que si vous en mangez trop, vous pouvez avoir une légère sensation d'alcool, et en fait, une amie m'a dit un jour que pendant ses années d'études, elle et un groupe de camarades étudiants s'enlevaient et mangeaient les fruits pour se saouler !

On dit que rien ne vaut l'anti-grippe de la Serra, le Medronho et le miel, pour vous guérir de tout rhume vicieux. Si vous n'êtes toujours pas convaincu, vous pouvez essayer le fruit du Medronho lui-même, qui est riche en antioxydants, ou transformé en confitures et en conserves. Votre santé ne pourra qu'en profiter !