Sont en cause les zones situées dans la région entre les comtés de Tavira, São Bras de Alportel et Olhão. Bien que rien ne soit encore officiel, PROBAAL a des preuves qu'Iberdrola prévoit la construction d'une ferme de panneaux solaires dans ces endroits.

Tout a commencé en septembre 2020. "Nous avons été alertés de cette possibilité par le fait qu'Iberdrola a effectué des travaux d'exploration du sol ici en septembre et a depuis proposé des contrats de location de terrains dans la localité", a expliqué PROBAAL.

Ils ont depuis découvert que plusieurs propriétaires fonciers de cette région ont été approchés pour louer leurs terrains pendant plusieurs années afin que la société Iberdrola puisse les utiliser pour des panneaux solaires. Selon l'association, Iberdrola offre "600 € par mois (ou 3 000 € par an), pendant 10 ans", ce que PROBAAL qualifie de "beaucoup d'argent", pour des terres qui ne sont pas utilisées, sans générer de revenus.

Dommages environnementaux
Pour PROBAAL, il y a deux causes principales de préoccupation. Tout d'abord, les coûts liés à l'habitat. Des milliers d'arbres, 50 espèces d'oiseaux, de plantes, de fleurs (dont des orchidées rares), dans ces "200 hectares de vie sauvage naturelle de la terre et de l'habitat est massive", ont déclaré les écologistes.

Ensuite, le problème qu'ils désignent comme le plus dramatique dans cette affaire est la destruction potentielle d'un aquifère "précieux et sain". "Nous sommes au-dessus d'un aquifère. De grandes quantités d'eau s'infiltrent ici à cause de tous ces arbres et de la nature, sans cette végétation, l'eau va simplement s'écouler, sans s'infiltrer dans le sol cela va arrêter l'alimentation de l'aquifère", ont-ils expliqué.

"Ils sont en train de transformer l'Algarve en un désert", ont-ils averti. PROBAAL estime qu'à l'heure où l'Algarve souffre d'un manque d'eau, il est erroné de détruire un aquifère, même si cela peut causer encore plus de problèmes d'inondation dans les villes de Faro, car l'eau qui ne s'infiltre pas dans le sol, s'écoule vers les villes. En outre, "moins d'arbres, moins de précipitations, ce sont des faits scientifiques", ont-ils précisé.

Vous vous demandez probablement si la construction d'un parc de panneaux solaires ne serait pas une bonne chose pour l'environnement, puisque l'exploitation du soleil est une énergie renouvelable. C'est ce que je me suis demandé, et nous avons donc demandé à PROBAAL ce qu'il en pensait.

Eh bien, bien qu'ils soient meilleurs que les autres sources d'énergie, les panneaux solaires polluent toujours. Selon les écologistes, l'espérance de vie moyenne des panneaux solaires est de 25 ans et les déchets issus de leur recyclage peuvent être inquiétants : "Les pays qui ne disposent pas de moyens robustes d'élimination des déchets électroniques courent un risque plus élevé de problèmes liés au recyclage", déclarent-ils, ajoutant que cela pourrait entraîner l'augmentation des "déchets toxiques pour les générations futures".

En outre, PROBAAL a expliqué que les panneaux solaires sont construits à l'aide de métaux lourds extrêmement polluants, ce qui signifie que cette option renouvelable, selon eux, n'est pas parfaite et ne vaut pas les dommages causés à Barrocal.
The Portugal News a demandé à IBERDROLA de commenter la situation mais au moment de mettre sous presse, ils n'avaient pas répondu.