En se glissant timidement sur la scène via Zoom, le successeur de l'OTAN est apparu au grand jour vendredi dernier.

Il s'agit du Dialogue quadrilatéral sur la sécurité - le "Quad", en abrégé. Il est censé être pour la Chine ce que l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord) était pour l'ancienne Union soviétique : une alliance destinée à dissuader et à contenir le "régime du mal", aujourd'hui situé à Pékin, jusqu'à son effondrement définitif.

Les quatre principaux membres du Quad sont des pays qui ont tous combattu la Chine au cours des 75 dernières années : les États-Unis et l'Australie (lors de la guerre de Corée), le Japon (avant et pendant la Seconde Guerre mondiale) et l'Inde (guerres frontalières sporadiques).

C'est le Premier ministre militariste Shinzo Abe du Japon qui a proposé initialement le Quad 1.0 en 2007, mais les nouveaux dirigeants australiens, américains et japonais l'ont mis au placard en 2008. Donald Trump l'a relancé dans le cadre de sa politique anti-chinoise en 2017, et cette fois les autres anciens acteurs étaient également partants. Joe Biden vient de faire savoir qu'il était également de la partie pour le Quad 2.0.

La plupart des "suspects habituels" (les autres membres de l'OTAN) veulent également rejoindre l'équipe en tant que joueurs, ou du moins en tant que remplaçants : un navire de guerre canadien a traversé le détroit de Taïwan en janvier, et la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas déploieront tous des navires de guerre dans la région indo-pacifique plus tard dans l'année.

L'"OTAN en Asie" se prépare-t-elle vraiment à une nouvelle guerre froide longue de plusieurs décennies et/ou à une éventuelle guerre chaude ? Toutes les puissances nucléaires, à l'exception d'Israël et peut-être de la Russie, participeraient à cette confrontation, et il y a beaucoup plus de points d'inflammation potentiels dans la région Asie-Pacifique qu'il n'y en a jamais eu en Europe.

Cette nouvelle alliance fournira des emplois à une génération de professionnels de l'armée dans de nombreux pays et une raison stratégique d'injecter de l'argent dans leurs industries de l'armement. Mais ce qui est à l'origine de ce phénomène, ce ne sont pas seulement les habituelles "évaluations exagérées de la menace" par les militaires.

Il n'existe absolument aucune preuve que la Chine envisage d'envahir quoi que ce soit (à l'exception de Taïwan, dont tous les membres de la Quadrilatérale reconnaissent qu'elle fait techniquement partie de la Chine). En fait, à l'exception d'affrontements frontaliers mineurs, aucun régime chinois, communiste ou autre, n'a envahi quelque endroit que ce soit depuis des siècles. Alors pourquoi s'inquiéter ?

Il y a quelque chose de plus ancien et de plus profond à l'œuvre ici. Il s'agit de la stratégie séculaire de "l'équilibre des forces", apparue dans les cités-États sumériennes vers 2500 avant J.-C., et qui a dominé la politique internationale pendant la majeure partie du temps depuis lors.

Toutes les grandes puissances d'une région (la Mésopotamie il y a 3 500 ans), d'un continent (l'Europe il y a 350 ans) ou même du monde entier (l'OTAN contre l'Union soviétique il y a 35 ans) considèrent chaque autre grande puissance comme un ennemi potentiel. Et l'histoire enseigne que l'ami d'aujourd'hui peut être l'ennemi de demain, de sorte qu'il faut toujours être plus fort.

En particulier, les pays s'inquiètent de l'émergence d'une grande puissance qui pourrait devenir assez grande pour bouleverser tout le panier - l'Espagne au 17e siècle, la France au 18e, la Grande-Bretagne au 19e, l'Allemagne au début du 20e siècle, la Russie à la fin du 20e - et concluent des alliances contre elle.

Ces arrangements se sont généralement soldés par de grandes guerres, mais récemment, ce n'était pas le cas : quarante ans de guerre froide contre l'Union soviétique se sont terminés sans "guerre mondiale". Aujourd'hui, la puissance croissante de la Chine est suffisamment importante pour remettre la roue en marche, et il faudrait que son comportement soit tout à fait saint pour empêcher les autres de se liguer contre elle comme le veut la tradition.

Certains aspects du régime communiste chinois sont effectivement "mauvais" : son comportement à l'égard des minorités ethniques au Xinjiang et au Tibet, par exemple, et à l'égard des dissidents au sein de son propre peuple chinois. La rupture du traité de Hong Kong et la construction de bases militaires sur des îles contestées de la mer de Chine méridionale, au mépris du droit international, ne sont pas non plus des "mesures de confiance".

Mais cette alliance quadruple n'est pas nécessaire. Il est aussi peu plausible de croire que la Chine envahirait un pays au-delà de ses frontières (à l'exception de Taïwan, bien sûr) que de penser que l'Union soviétique aurait un jour sérieusement envisagé d'envahir l'Allemagne de l'Ouest. Le quadrilatère est une perte de temps et de ressources, et (étant donné que les armes nucléaires ont de nombreux déclencheurs) un risque inutile.

Une pensée d'escalier, cependant. Les conseillers de Biden sont-ils assez rusés pour se rendre compte (a) que la Chine, sous sa direction actuelle, finira par envahir Taïwan et ne manquera pas de gagner ; (b) qu'il serait suicidairement dangereux pour les États-Unis d'intervenir ; et (c) que tous les alliés actuels et potentiels des États-Unis pensent de même ?

Dans ce cas, leur véritable objectif pourrait être de répartir les responsabilités : ils préfèrent faire partie de la foule quadratique qui abandonne Taïwan, plutôt que de porter seuls le blâme...
Mais je pense qu'ils ne sont pas aussi intelligents.