Dans une déclaration commune, les maires des municipalités d'Odemira (Beja) et de Sines (Setúbal), sur la côte de l'Alentejo, et d'Aljezur et de Vila do Bispo (Faro), en Algarve, sont préoccupés par l'interdiction de la pêche récréative et considèrent que la levée des restrictions est une question urgente.

En plus de "faire écho au sentiment des populations de ces municipalités", ils affirment que "la pêche de loisir doit être considérée comme une activité sportive qui aide l'économie familiale" et qui "contribue à maintenir l'esprit et le corps en bonne santé", selon la déclaration.

Les maires "demandent que, de manière responsable et réfléchie, ces activités puissent être reprises dans le cadre de l'assouplissement responsable des mesures de confinement, si nécessaire par étapes par districts, permettant aux résidents de retourner à la pêche dans leur propre district".

La lettre demande et tente de sensibiliser le gouvernement à "une absence progressive de définition de la pêche de loisir tout en maintenant l'interdiction de circulation entre les communes".

"Cette mesure, en plus de l'enjeu culturel ancré dans ces populations, est fondamentale pour le bien-être de nombreuses familles, à un moment où, en plus des difficultés financières, les inquiétudes sur la santé mentale de nombreuses personnes demeurent", conclut le communiqué.