Les enseignants constatent une "perte d'intérêt" des élèves pour les cours.

Par TPN/Lusa, in Actualités, Éducation · 28-03-2021 12:00:00 · 0 Commentaires

Les enseignants ont mis en garde contre les cas croissants de "perte d'intérêt et de motivation" chez les élèves du primaire et du secondaire fatigués de l'enseignement en ligne, qui ont à nouveau marqué le deuxième trimestre des cours.

"Il y a eu plus de cours en ligne que de cours en présentiel. En ce qui concerne les plus jeunes, la différence était plus faible", a déclaré Filinto Lima, président de l'Association nationale des directeurs de groupes et des écoles publiques (ANDAEP), en faisant référence aux élèves des écoles maternelles et élémentaires qui ont repris l'école le 15 mars.

Environ 500 mille élèves des 2e et 3e cycles, ainsi que les plus de 330 mille élèves du secondaire, ne retourneront dans les salles de classe qu'après les vacances de Pâques.

Les directeurs d'école ont constaté des améliorations par rapport à la première expérience d'enseignement à distance, qui a débuté en mars de la dernière année scolaire : "La culture numérique des enseignants et des élèves a augmenté et il y a beaucoup plus d'équipements distribués", a souligné Filinto Lima.

Le président de l'Association nationale des directeurs d'école (ANDE), Manuel Pereira, a ajouté que "les ordinateurs continuent d'être livrés chaque jour dans les écoles, en plus du soutien de nombreuses municipalités qui ont garanti l'Internet à domicile pour de nombreuses familles".

Manuel Pereira a également rappelé l'expérience acquise par les enseignants, qui ont plus de temps pour planifier et préparer les cours en ligne, mais, a-t-il souligné, "rien ne remplace la présence des élèves dans la classe et la socialisation à l'école".

La crainte de voir augmenter les cas de décrochage scolaire a été remplacée par la certitude d'un autre abandon : "Il n'y a pas eu d'abandon physique, parce que nous connaissons les élèves, nous savons où ils vivent et si nécessaire, nous allons nous renseigner. Mais il y a eu une perte d'intérêt et de motivation pour l'école", a averti le directeur du Groupement des écoles Général Serpa Pinto, à Cinfães.

Reconnaissant qu'"il n'est pas facile d'avoir des adolescents qui suivent les cours par le biais d'un ordinateur tout au long de la journée", le directeur a déclaré à Lusa que les enseignants ont pris conscience au cours du 2ème trimestre d'un "manque d'intérêt, d'une fatigue et même d'un épuisement par rapport aux nouvelles technologies".

Les élèves eux-mêmes ont avoué à Manuel Pereira qu'ils étaient "démotivés et fatigués" : "Les élèves nous disent qu'ils sont saturés, beaucoup d'entre eux ne sont en classe que pour respecter l'horaire. Et ce manque d'intérêt a également touché ceux qui étaient autrefois très intéressés par l'école", a-t-il déclaré.

En plus des apprentissages délaissés, il y a la question de la santé mentale qui préoccupe également les enseignants.

"L'école est un espace social fondamental et les élèves en ont assez d'être à la maison, ils veulent être à l'école avec leurs camarades", a rappelé Filinto Lima, défendant la nécessité de "renforcer le nombre d'experts spécialisés dans les écoles, notamment les psychologues".

À cette équation, Manuel Pereira a ajouté les enseignants : "Nous avons beaucoup d'enseignants dans une situation de pré-burnout. Ils ont commencé à avoir beaucoup plus de travail à la maison qu'à l'école. En outre, beaucoup ont été confrontés à la tâche difficile d'essayer de concilier le travail et la vie de famille. Nous avons beaucoup d'enseignants qui sont également des parents et qui donnaient des cours alors que leurs enfants suivaient également des cours et avaient besoin de soutien".

Parmi les nouvelles tâches, il y a des enseignants qui se sont rendus disponibles pour se rendre au domicile des élèves qui ne pouvaient pas accéder à la classe en ligne.

"Nous avions des enseignants et des assistants qui se promenaient de village en village, de maison en maison, pour aider les familles à mettre leur ordinateur en marche, surtout dans le cas des jeunes élèves", se souvient Manuel Pereira.

La tâche d'enseigner aux plus petits était particulièrement compliquée en raison du manque d'autonomie et de la difficulté à se concentrer en classe, une situation qui était aggravée lorsque le soutien familial solide faisait défaut, a ajouté Filinto Lima.

Pour cette raison, 370 000 élèves de l'école primaire ont été parmi les premiers à retourner à l'école. Malgré cela, le président de l'ANDAEP estime que la reprise de l'apprentissage par ces élèves sera un long processus, qui ne sera pas résolu de sitôt.

Dans un peu plus d'une semaine, le 5 avril, les cours reprendront, et pour les élèves du 1er au 3ème cycle, l'école sera de nouveau ouverte.

Les directeurs espèrent que ce retour sera "vigoureux et durera jusqu'à la fin de l'année" et ne craignent que le comportement de la population générale, qui pourrait mettre en péril le déconfinement en cours.

"Souvent, j'aimerais mettre la société à l'école pour leur apprendre les règles, on voit beaucoup de gens qui refusent de se conformer aux règles les plus élémentaires", a déploré Filinto Lima.

Les directeurs d'école soulignent à nouveau que les écoles sont des lieux sûrs et que les cas d'infection dans les écoles sont rares.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires