C'est au Museu do Traje à São Brás de Alportel que l'on trouve l'artisane et designer Maria João Gomes. Maria João vit en Algarve depuis 11 ans, après être passée par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis, mais elle se sent Algarvienne de cœur.

C'est en Algarve qu'elle a récupéré un art ancestral et l'a porté sur les podiums de Moda Lisbon, Portugal Fashion et même sur les podiums de Paris. Très fière de son travail, elle affirme que ce qui distingue Palmas Douradas, ce sont ses créations extravagantes. Les nouvelles du Portugal.

Selon Maria João, le tressage de paniers était considéré comme quelque chose de vieux, mais elle a commencé à faire différentes pièces, qui n'existaient pas sur le marché, avec un design extravagant, comme des mandalas, des chapeaux, des sacs, entre autres, qu'elle a modernisés avec ses propres mains et sa grande créativité.

Palmas Douradas est le nom qu'elle a choisi pour sa marque : "Un nom très portugais qui reflète bien la nature de nos palmiers", dit-elle, "Palmas" parce que la vannerie utilise des feuilles de palmier de l'Algarve comme matière première et "Douradas" parce que la couleur dorée est celle des palmiers.

Maria João travaille avec des feuilles de palmier qu'elle ramasse dans la nature, une chose que "plus personne ne fait", selon elle : "Nous trouvons les palmiers dans la nature, je les mets ensuite à sécher et chaque jour je les retourne. Il faut 10 jours pour sécher et ensuite les palmiers sont craqués - craqué signifie que les palmiers sont séparés un par un, après avoir été mis en fagots. Ensuite, quand je veux travailler, je mets ces paquets dans de l'eau froide pour enlever les impuretés", a-t-elle dit, ajoutant que toute cette procédure est 100 % naturelle.

"Au début, les gens voyaient ça comme 'bon, elle porte un chapeau extravagant dans la rue', sans vraiment y accorder d'importance, mais quand j'ai fait le défilé de Moda Lisbon, les gens ont déjà commencé à le prendre plus au sérieux. Et l'année dernière, j'ai participé au Fashion Portugal à Porto. Je travaille aussi avec des architectes et des décorateurs, je fais beaucoup de décoration intérieure", raconte-t-elle au Portugal News.

Quand je lui ai demandé ce qui l'inspirait, elle a répondu les actrices des années 30 et 40. "À cette époque, les femmes ne sortaient pas de chez elles sans chapeau, c'était pratiquement une obligation sociale et j'aime beaucoup m'en inspirer, mais bien sûr je modernise un peu. Parfois, je vois un chapeau et il me donne une idée pour un autre, c'est comme un tremplin, je saute de l'un à l'autre et j'ai plus d'idées, parfois je commence à faire une pièce avec une idée initiale et je finis par la changer complètement", a-t-elle déclaré.

"Parfois, je fais un chapeau et ma fille me demande : "Oh, maman, qui va porter ça ?"". Mais il y a toujours quelqu'un qui va adorer : "Je fais des pièces très extravagantes et les gens les aiment beaucoup et même les Portugais - ce que je pensais être plus compliqué - en effet, à Lisbonne et à Porto, je dois dire que nous avons des dames avec beaucoup de style", a-t-elle déclaré.

Et lorsqu'elle ne fonctionne pas au quotidien, elle peut être utilisée pour décorer les murs de la maison : "J'ai compris il y a longtemps qu'une pièce ne doit pas avoir d'utilité, elle ne peut servir qu'à nous faire voir parce que nous aimons voir. Elle a toujours une utilité - égayer les yeux".

En ce qui concerne les difficultés qu'elle rencontre en tant qu'artisan et designer au Portugal, elle critique la façon dont beaucoup de gens veulent positionner son travail comme un "truc de vieux" : "L'année dernière, j'ai refusé de participer à une émission de télévision parce qu'ils voulaient me faire travailler sur le sol. En d'autres termes, je veux moderniser la vannerie, et les gens doivent se rendre compte que nous pouvons faire des choses très à la mode et modernes, mais j'ai toujours l'impression qu'ils veulent que je sois cette vieille dame de l'Algarve qui fait de la vannerie. J'ai travaillé si dur pour sortir de là, ce n'est pas ma place", regrette-t-elle.

"Le palmier a toujours été peu médiatisé et considéré comme une chose pauvre. Je pense que mon travail a permis de le faire connaître et de valoriser ce qui nous appartient", dit-elle.

Ce que je voulais vraiment, c'est que les feuilles de palmier soient utilisées dans les défilés de mode et que les créateurs portugais s'intéressent davantage aux ressources naturelles que nous avons au Portugal, sans aller tout chercher à l'étranger", conclut-elle.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur : https://m.facebook.com/palmasdouradas