Les migrants attendent d'être expulsés

Par TPN/Lusa, in Actualités, Algarve, Monde · 02-04-2021 14:18:00 · 0 Commentaires

Les trois migrants détenus par la police de Vila Real de Santo António le 29 mars dernier attendront leur expulsion du territoire national au centre d'installation temporaire (CIT) de l'aéroport de Faro, sur décision de justice, a indiqué une source policière.

Les trois hommes ont été présentés le 30 mars au tribunal de Vila Real de Santo António, qui a ordonné leur entrée dans les locaux du Service des étrangers et des frontières (SEF), "alors que le processus d'expulsion du territoire national est préparé", a déclaré à l'agence de presse Lusa une source du commandement de la PSP du district de Faro.

Le groupe a été arrêté le 29 mars par la PSP dans cette ville du district de Faro, après que la police maritime a trouvé un bateau pneumatique abandonné sur la plage de Santo António, dans la municipalité de l'Algarve, et a donné l'alerte aux autres autorités, a déclaré le capitaine du port de Vila Real de Santo António, Rui Vasconcelos Duarte.

Les détenus ont été transportés vers 15 heures au tribunal de Vila Real de Santo António, où ils ont été interrogés pendant environ deux heures.

À 17h30, escortés par plusieurs policiers, les trois hommes ont été conduits dans deux fourgons de police, qui sont ensuite partis vers le CIT de Faro, a rapporté Lusa sur place.

Le groupe qui a débarqué sur la plage de Vila Real de Santo António pourrait compter 16 personnes, mais seuls les trois qui ont été entendus au tribunal ont été interceptés et déjà arrêtés par les autorités.

Dans des déclarations à Lusa, le sous-intendant Hugo Marado a déclaré qu'il y a des indications que "c'est un groupe plus grand", avec l'hypothèse qu'il y avait 16 personnes, prétendument du Maroc, ce qui "ne signifie pas qu'ils sont arrivés dans le même bateau".

Selon Hugo Marado, ce sont les trois détenus qui l'ont informé que le groupe était composé de 16 personnes, ce qui a conduit les autorités policières à relever l'état d'alerte, notamment dans le Sotavento (est) de l'Algarve.

S'il est confirmé qu'il s'agit d'une immigration clandestine en provenance d'Afrique du Nord, il s'agit du septième débarquement sur la côte de l'Algarve depuis la fin de l'année 2019.

Le dernier avait eu lieu le 15 septembre 2020, lorsque les autorités avaient intercepté le groupe de migrants qui avait débarqué illégalement sur l'île Deserta à Faro avant de prendre la fuite.

Entre décembre 2019 et septembre 2020, 97 migrants répartis dans six embarcations ont débarqué en Algarve, tous sans papiers et venant prétendument du même point, la ville d'El Jadida au Maroc, située sur la côte atlantique du pays, à 700 kilomètres de l'Algarve.

Certains de ces migrants ont tenté de demander l'asile, mais ont été déboutés, d'autres se trouvent dans un endroit incertain et la plupart ont reçu l'ordre d'être expulsés du pays, en attendant l'application de la décision de justice dans des prisons et autres lieux, où ils sont sous la garde des autorités.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires