Les cités mayas perdues - Ivan Sprajc

Par Sandra Pereira, in Livres, Mode de Vie · 09-04-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Nous suivons l'auteur Ivan Šprajc, qui cartographie depuis 1996 des sites mayas inconnus dans la péninsule du Yucatán, au Mexique. En tant que lecteur qui n'aura probablement jamais l'occasion de voir les lieux qu'il décrit, c'est un plaisir de pouvoir marcher avec lui.

Ses recherches et ses nombreuses années de travail acharné ont changé la façon dont nous comprenons la civilisation maya. Le livre explore ses découvertes et ses efforts qui l'amènent dans des jungles reculées, des régions inaccessibles et pour la plupart inhabitées.

Nous avons un aperçu de ses aventures passionnantes et nous comprenons à quel point ses expéditions sont difficiles. Nous partageons avec lui l'excitation et la déception, y compris les dangers qu'il rencontre. Certains l'ont qualifié d'"Indiana Jones de la vie réelle".

Ivan Šprajc est professeur d'archéologie à Ljubljana, en Slovénie. Plus récemment, on lui doit la découverte des sites de Chactún et Lagunita en 2013 et 2014.

Le livre comporte de merveilleuses illustrations et est organisé de manière chronologique. On ne peut s'empêcher de s'enthousiasmer devant ses récits à couper le souffle et son écriture a un charme et une nostalgie. Je l'ai également trouvé plein d'humour.

On comprend aussi ce que c'est que d'être un archéologue moderne et l'importance de ses recherches.

C'est une lecture passionnante et sa richesse d'informations sur la culture maya est étonnante. On a l'impression qu'il s'agit d'une quête profondément personnelle. J'ai été tellement captivé que j'ai été déçu lorsque j'ai terminé le livre.

Ce livre plaira aux historiens, aux archéologues en herbe et aux amateurs d'aventure. Je vous recommande vivement d'ajouter "Lost Maya Cities" à votre pile de lecture.

Les cités mayas perdues - Ivan Sprajc



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires