Baisse de la demande de consultations sur la fertilité

Par TPN/Lusa, in Actualités, Santé et environnement · 10-04-2021 16:00:00 · 0 Commentaires

La liste d'attente pour la première consultation de soutien à la fertilité du Service national de santé (SNS) a diminué de 16,2 % entre mars et septembre 2020 en raison d'une baisse de la demande.

"Le nombre d'inscrits sur la liste d'attente pour la première consultation était de 2 940 bénéficiaires à la fin du mois de mars 2020, et de 2 465 à la fin du mois de septembre 2020", a indiqué la secrétaire d'État adjointe chargée de la santé lors d'une audition, par visioconférence, à la Commission de la santé requise par le CSP pour évoquer les retards dans l'accès aux traitements de procréation médicalement assistée (PMA) et les mesures pour les rattraper.

Citant des sources officielles, António Lacerda Sales a déclaré, en réponse aux députés concernant les listes d'attente, qu'il y a eu une diminution de 475 bénéficiaires au cours de cette période (-16,2 pour cent). M. Lacerda Sales a expliqué que la demande des premières consultations de soutien à la fertilité est "très dépendante" de l'initiative des utilisateurs et qu'au moment du 1er confinement général, la demande des citoyens a diminué.

"Il y a effectivement eu une contraction importante de la demande et cela s'est évidemment reflété dans les premières consultations de soutien à la fertilité", a-t-il soutenu. Les listes d'attente pour les traitements de première intention, l'insémination intra-utérine, et les traitements de deuxième intention, la fécondation in vitro et la micro-injection intracytoplasmique, ont également diminué, entre mars et septembre, bien qu'à un "taux plus faible" que lors des premières consultations d'aide à la procréation.

Selon António Lacerda Sales, la liste d'attente pour l'insémination intra-utérine a diminué de 2,6 % pendant cette période et celle pour la fécondation in vitro et la micro-injection intracytoplasmique de 6,4 %. "Compte tenu de la diminution des premières consultations, il y a eu par conséquent moins de différenciations pour le traitement de la PMA" de première et de deuxième ligne.

Les données extraites des Administrations régionales de santé (ARS) indiquent que le temps d'attente dans l'ARS Norte entre la période de rendez-vous et le rendez-vous respectif varie de un à quatre mois et le temps d'attente entre le rendez-vous du traitement de la fertilité et le calendrier respectif varie de quatre à 18 mois.

Dans l'ARS central, le temps d'attente entre la demande de rendez-vous de consultation de soutien à la fertilité et leur programmation est en moyenne de 60 jours et le temps d'attente entre la demande de rendez-vous de traitement de la fertilité et leur programmation est d'environ 120 jours, tandis que dans les ARS de Lisbonne et de Vale do Tejo, il est d'environ 150 jours et d'environ 187 jours, respectivement. En moyenne, a-t-il résumé, pour chacun des centres PMA, les délais d'attente sont : entre la demande de rendez-vous pour consulter l'aide à la fertilité et la programmation respective d'environ neuf mois au maximum et le délai d'attente entre la demande de rendez-vous et la programmation du traitement de fertilité d'environ 15 mois. Interrogé sur les retards dans les traitements utilisant les techniques de PMA en raison de la pandémie, bien qu'il s'agisse d'une situation ancienne, António Lacerda Sales a assuré que toutes les consultations ont déjà été reprogrammées. "Toutes les femmes dont les cycles ou les traitements ont été suspendus pendant cette période ont déjà été reprogrammés dans tous les centres", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il a obtenu cette information de chacun des centres PMA.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires