Merci.

Par Neil Connolly, in Sports, Golf · 16-04-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

On dit depuis longtemps qu'une image vaut 1 000 mots, mais il arrive parfois que l'on ne trouve pas les bons mots pour décrire l'image, ou que les mots ne lui rendent pas justice.

Néanmoins, je vais essayer ; la photo que vous voyez sur cette page est celle du caddy de Hideki Matsuyama. Il vient de remplacer le bâton du drapeau au 18e trou, le monde entier, sa femme et leurs caméras sont braqués sur Hideki et sa réaction après être devenu le premier joueur japonais à remporter un championnat majeur, après avoir porté le poids de toutes les attentes de sa fière nation sur ses épaules, au cours des 10 dernières années.

Il est de coutume que le caddy ou le joueur vainqueur prenne le drapeau du 18e trou comme souvenir du tournoi. Il a ensuite fait un petit pas vers la gauche et a incliné la tête. Pas devant quelqu'un en particulier, mais devant le terrain de golf, semble-t-il. Ce geste singulier est devenu immédiatement viral et a conquis le cœur de tous les spectateurs sportifs, car il résume, de manière discrète, l'appréciation d'un individu pour une occasion très spéciale.

Pour le caddy Shota Hayafuji, il s'agissait de sa première victoire avec Matsuyama, mais surtout, il s'était acquitté de son devoir pour la journée et avait ramené son homme en vainqueur. L'inclinaison de sa tête pourrait être considérée comme une énorme dette de gratitude envers l'événement, les concurrents, le moment et l'opportunité. Il n'est pas impossible que, dans son souffle, il ait simplement dit un très humble "merci" d'avoir été et d'avoir fait un moment spécial de l'histoire de sa nation.

Un sentiment que chaque spectateur peut comprendre, car ce tournoi ressemblait aux Masters d'antan : des greens rapides, un soleil printanier et un parcours de golf qui semblait recouvert d'une couverture verte immaculée.

L'herbe n'est jamais aussi verte qu'au Masters. C'était génial d'être de retour et que le monde ait un certain sens de l'ordre.

Quelque chose me dit que sa réaction sera l'une de ces images qui sont synonymes de certains des plus grands moments qu'Augusta nous a fait vivre au fil des décennies.

Le Masters est spécial, il occupe une place très sacrée dans l'agenda des golfeurs. C'est le seul tournoi qui se joue sur le même parcours, chaque année, ce qui nous permet de connaître chaque rebondissement, chaque panorama et le fait que le tournoi ne commence vraiment que sur le back nine le dimanche.

Matsuyama n'a pas non plus eu un back 9 facile, Xander Shauffele s'est lancé dans une course contre lui, ce qui a rendu les quatre derniers trous très nerveux, certainement pas l'endroit où vous voulez vous sentir un peu nerveux.

Il a candidement admis devant les caméras qu'il n'avait pas ressenti la nervosité habituelle sur le 9ème trou, mais qu'il l'avait ressentie en se réveillant le matin, bien avant son premier coup de départ. Mais lui et son homme ont fait le travail, il a terminé le dimanche en portant la veste verte, et il a 12 mois pour profiter du fait d'être le champion du Masters. Il a le reste de sa vie pour être un membre d'Augusta.

Adam Scott, qui a pris Matsuyama sous son aile lors de sa première Presidents Cup, a déclaré que le joueur japonais était traité comme Tiger Woods au Japon. Il a maintenant accompli plus que tout autre joueur de son pays avant lui, je pense qu'il va rapidement découvrir ce que c'est que d'être une superstar.

Un joueur superstar avec un caddy de grande classe.


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires