Bolsonaro : le suicide par Covid

Par Gwynne Dyer, in Opinion · 19-04-2021 15:38:00 · 0 Commentaires

Dans la dernière ligne droite, c'est l'Italie d'une longueur entière, puis le Royaume-Uni, avec les États-Unis et le Brésil au coude à coude....Non, attendez. Le Brésil est en train de bouger. Il arrive à l'extérieur....'

Est-il irrespectueux de présenter les performances des principaux pays touchés par le Covid comme une course de chevaux dans laquelle le vainqueur sera le grand pays ayant le pire taux de mortalité par million de citoyens ? Si c'est le cas, je m'en excuse, mais c'est bien ce qui se passe.

L'Italie a d'abord mené, puis a été dépassée par pratiquement tout le monde, avant de réaliser un sprint dans le dernier quart d'heure qui lui a permis de reprendre la tête. Mais le Brésil, le cheval noir, a dépassé les États-Unis hier (Brésil 1 758 décès par million, États-Unis 1 750 par million), et il pourrait rattraper le Royaume-Uni la semaine prochaine. Après cela, seule l'Italie s'opposera à ce que le Brésil remporte le prix Covid.

Je ne néglige pas délibérément les résultats des petits pays d'Europe du Sud-Est (Bosnie, Bulgarie, République tchèque, Hongrie, Monténégro, Macédoine du Nord, Slovaquie et Slovénie) qui occupent huit des dix premières places de la liste des taux de mortalité. Ils sont simplement petits, et personne n'avait de grandes attentes à leur égard.

Je ne joue pas non plus à ce jeu de classement dans le seul but de souligner que les pays les moins performants parmi les grands pays avaient tous des populistes en alternance, du moins jusqu'à récemment (Donald Trump aux États-Unis, Jair Bolsonaro au Brésil, Boris Johnson au Royaume-Uni), à l'exception de l'Italie, qui n'avait pratiquement pas de gouvernement du tout. Je le fais parce qu'il semble que le Brésil va remporter le prix Covid.

La pandémie va probablement mettre fin à la carrière politique de Jair Bolsonaro, l'odieux président du Brésil. En fait, son fils Eduardo, tout aussi désagréable, rêve déjà d'un dernier combat dans le style trumpien. Il a récemment reproché aux héros en herbe qui ont pris d'assaut le Capitole à Washington le 6 janvier d'être timides et incompétents.

"S'ils avaient été organisés", a déclaré Eduardo Bolsonaro (qui dirige la commission des affaires étrangères de la Chambre des députés du Brésil), "ils auraient pris le Capitole et [...]Et le père d'Eduardo, le président Jair, s'est lancé à fond dans le Donaldisme, essayant de justifier un coup d'État à l'avance en insistant sur le fait que les élections de l'année prochaine seront truquées contre lui.

Comme Trump, cependant, Bolsonaro ne peut pas vraiment compter sur le soutien des officiers supérieurs de son pays pour sauver sa peau s'il perd les élections. Il vient de remplacer tous les chefs de service de l'armée brésilienne par des généraux qu'il juge plus loyaux, mais les officiers véritablement fascistes qui pourraient le soutenir en cas de coup d'État sont presque tous d'un rang bien inférieur.

Si Bolsonaro doit dépendre de la victoire du vote populaire l'année prochaine, ses chances d'obtenir un second mandat s'amenuisent de jour en jour. Selon le dernier sondage d'opinion (mi-avril), 55 % des électeurs considèrent sa présidence comme "terrible", tandis que 26 % seulement la jugent "bonne" ou "excellente". Ce qui a défait Bolsonaro, tout comme son héros Trump, c'est le Covid-19.

La pandémie est si grave au Brésil que la plupart des hôpitaux rationnent les soins, refusant les personnes atteintes du Covid dont l'âge ou les conditions sous-jacentes les rendent moins susceptibles de survivre et réservant les rares lits et l'oxygène à ceux qui ont plus de chances.

Le taux de mortalité a été vraiment choquant. La plupart des jours de la semaine dernière, il atteignait les trois mille morts par jour, soit environ un tiers du total mondial dans un pays qui ne compte que 2,5 % de la population mondiale.

C'est particulièrement effrayant dans un pays à revenu intermédiaire doté d'un service national de santé gratuit qui, bien que sous-financé, fournit normalement des soins raisonnablement bons. Seuls 11 % de la population ont reçu au moins une dose de vaccin, et les dernières prévisions font état d'un demi-million de décès d'ici juillet.

Même Bolsonaro porte parfois un masque maintenant, bien qu'il continue d'intenter des actions en justice contre les États qui imposent des mesures anti-pandémie plus strictes, comme l'ordre de rester à la maison. Il est prisonnier de sa propre idéologie, même lorsque celle-ci nuit clairement à son soutien populaire. Et pour aggraver son cas, "Lula" est sorti de prison et peut se présenter contre lui l'année prochaine.

Le Brésil n'a jamais été aussi prospère, surtout pour la moitié la moins privilégiée de la population, que pendant les deux mandats de Luiz Inacio "Lula" da Silva à la présidence, de 2003 à 2011. Il s'est ensuite retiré en raison de la limite de deux mandats consécutifs, mais il aurait été libre de se présenter contre Bolsonaro en 2018 - et il aurait gagné - s'il n'avait pas été en prison à ce moment-là.

Le juge qui l'a envoyé en prison est ensuite devenu membre du cabinet de Bolsonaro, mais la Cour suprême a maintenant annulé les condamnations pour corruption de Lula et il est libre de se présenter à la présidence en 2022. Personne ne sait combien de Brésiliens seront morts inutilement d'ici là, mais probablement assez pour écrire l'épitaphe politique de Bolsonaro.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires