Les étudiants manifestent contre les frais de scolarité

Par TPN/Lusa, in Actualités, École, Politique · 29-04-2021 09:00:00 · 0 Commentaires

Environ 300 étudiants de l'enseignement supérieur ont manifesté hier (28 avril) à Lisbonne pour réclamer la fin des frais de scolarité, le long d'un parcours qui partait du Largo de Camões et se terminait devant l'Assemblée de la République.

Sous la devise "Il est temps d'avancer, le pot-de-vin doit cesser", la manifestation faisait partie d'une protestation nationale qui a également eu lieu à Porto, Évora, Braga, Caldas da Rainha, Faro, Covilhã et Coimbra.

Tout au long de la manifestation, les étudiants ont crié des slogans tels que "Des millions vont à la banque, l'éducation reçoit des centimes" et "L'éducation est un droit, sans qu'il soit exécuté".

L'association des étudiants de la faculté des sciences sociales et humaines de l'Universidade Nova était l'une des huit associations qui ont souscrit à l'action et son président, José Pinho, a déclaré à Lusa que l'état actuel de l'enseignement supérieur a entraîné "de graves conséquences pour les étudiants".

"C'était déjà un vieux problème, mais avec la crise actuelle - à la fois pandémique et économique - les étudiants et leurs familles perdent des revenus chaque jour qui passe et il devient difficile de continuer à supporter les coûts de l'enseignement supérieur", a-t-il déclaré.

C'est le cas de Tomás Caeiro, étudiant à la Faculté des Beaux-Arts de l'Université de Lisbonne, qui a dû abandonner son diplôme contre son gré, une décision qui lui a apporté "une énorme douleur".

"Nous voulons tous apprendre, mais nous ne pouvons pas à cause de situations qui nous sont extérieures", à savoir le manque de moyens, a expliqué l'étudiant, qui défend la nécessité de réformes urgentes en ce moment à cause de la crise.

Après avoir signalé l'existence de "cas d'étudiants qui doivent décider entre payer les frais de scolarité et manger", João Pereira, étudiant à l'ISCTE - Instituto Universitário de Lisboa, a déclaré que "les étudiants ne renonceront pas à lutter pour leurs droits".

À l'Assemblée de la République, en plus de nombreux mégaphones, un tambour a suivi le rythme des revendications des manifestants, qui vont au-delà de la fin des frais de scolarité et incluent plus d'investissements dans l'action sociale, les bourses et les résidences, ainsi que de meilleures conditions dans les collèges.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires