Confessions d'un sceptique réformé en matière de changement climatique

Par Douglas Hughes, in Opinion · 30-04-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Je dois admettre qu'au fil des ans, j'ai été un peu fatigué par les diverses visions apocalyptiques de l'avenir.

À peine étions-nous sortis des profondeurs de la guerre froide et de la menace toujours présente de l'anéantissement nucléaire que l'humanité s'est soudain retrouvée confrontée à un autre destin bien sombre, cette fois aux mains de mère nature elle-même. Oui, je parle du changement climatique.

Il n'y a pas si longtemps, j'étais l'un des premiers "climato-sceptiques". Je croyais sincèrement que les éco-hippies traumatisés par l'environnement, qui avaient tendance à colporter la notion de "mort par réchauffement climatique", n'étaient qu'une bande d'excentriques qui avaient une sorte de grief idéologique contre "la bourgeoisie". Tout ce que je voyais, c'était une bande de zinzins très en colère qui faisaient de leur mieux pour gâcher la parade des autres, en essayant d'intimider les classes moyennes pour qu'elles quittent leurs véhicules à quatre roues motrices en criant "honte à vous" du haut de la cime d'un vieux chêne.

Alors. Voilà, j'avoue mes anciennes aversions envers les hippies lanceurs de glands drapés dans des pantalons kaki et des ponchos.

J'étais juste fatigué du bruit incessant qu'ils faisaient en se plaignant sans cesse de l'augmentation des températures mondiales d'un degré et demi. Cela semblait complètement ridicule. Comment un si maigre degré et demi pouvait-il faire fondre les calottes polaires et transformer la baie d'Hudson en un vaste bassin de Slush Puppy ? Il y avait même une croyance fervente que Londres, New York et Venise disparaîtraient dans les profondeurs de la mer, pour ne plus jamais être retrouvées.

Ce chœur de dreadlocks catastrophistes avec leurs prophéties de tempête parfaite me faisait penser à un groupe de Nostradamus psychédéliques qui ne prévoyaient rien d'autre que d'odieuses catastrophes écologiques.

Mais nous sommes tous ici en 2021 et devinez quoi ? Les "cinglés" n'avaient pas tout à fait tort à propos du "climat". Il a fallu des personnalités comme Sir David Attenborough et Gretta Thunberg pour me faire sortir la tête du sable. J'espère juste qu'il n'est pas trop tard.

OK. Londres, Venise et New York sont toujours là et sont en grande partie indemnes, mais de nombreuses îles basses du Pacifique ont déjà été englouties par la montée des eaux. Et c'est un véritable désastre pour des personnes réelles dont les maisons ont été détruites par les vagues. Et oui, c'est dû au changement climatique. C'est réel.

Il y a des régions aussi proches de nous que certaines parties du sud de l'Europe qui sont maintenant confrontées à la désertification. Cela signifie que les preuves du changement climatique et du réchauffement de la planète s'accumulent et que ce ne sont pas seulement les hippies qui nous mettent en garde. Ce sont des scientifiques et de nombreux ingénieurs à la tête couverte d'un dôme, équipés d'énormes ordinateurs calculant des chiffres, qui fournissent de nombreuses preuves combinées à une modélisation climatique effrayante. Ils démontrent clairement la corrélation absolue entre l'accélération du changement climatique et l'activité humaine, principalement sous la forme d'émissions incessantes de carbone et de déforestation à grande échelle. Des preuves irréfutables qui sont clairement visibles pour ceux qui choisissent de voir.

Nous voyons ces preuves tout autour de nous. Chaque année semble produire des records de température ainsi que des phénomènes météorologiques sauvages de plus en plus courants, tels que des inondations ou de longues périodes de sécheresse.

En juin 2017, le Portugal a connu des feux de forêt dévastateurs qui ont déchiré la ville centrale de Pedrógão-Grande, tuant 64 personnes et en blessant plus de 250. Il s'agissait de la pire catastrophe de l'histoire moderne du Portugal.

Récemment encore, la pénurie d'eau dans la péninsule ibérique a suscité de réelles inquiétudes. Une préoccupation qui devient un fardeau constant, car de plus en plus de demandes sont faites sur des ressources de plus en plus rares.

Je me souviens d'une conversation avec un agriculteur d'âge moyen dans le sud de l'Espagne qui m'a montré un lit de rivière asséché près de sa ferme. Il m'a raconté que lorsqu'il était enfant, il pouvait se baigner dans cette rivière, même pendant les chauds mois d'été. Ce n'est plus le cas. Il n'y a presque plus d'eau qui y coule depuis de nombreuses années. Ce n'est plus qu'un lit sec de pierres grises et arrondies. Je ne peux pas imaginer qu'une telle chose puisse arriver dans le village de mon enfance au Pays de Galles. Mais c'est arrivé à cette communauté espagnole et un homme à peine plus âgé que moi en a été témoin. Combien cela doit-il être dévastateur pour lui et sa famille ?

Aujourd'hui, 32 millions d'Espagnols seraient affectés par les effets du changement climatique. Les étés dans les régions méridionales durent cinq semaines de plus que dans les années 1980 et les températures ne cessent d'augmenter, des régions comme Alicante, Murcie et Almeira devenant de plus en plus arides. Le ministère espagnol de l'agriculture craint que les trois quarts de la péninsule ibérique ne soient soumis au même climat semi-aride que le désert de Tabernas d'ici la fin du siècle. C'est une pensée qui donne vraiment à réfléchir.

Chaque fois que je lis des articles comme celui-ci et que je vois de telles statistiques, je suis invariablement laissé avec beaucoup plus de questions que de réponses.

Malgré la dévastation économique causée par l'épidémie de SRAS-CoV-2 et l'impact considérable qu'elle a eu sur nos vies à tous, les émissions mondiales de CO2 n'ont diminué que d'un maigre 7% au cours des périodes de confinement jusqu'à présent. Et ce, avec toutes les flottes d'avions de ligne clouées au sol et les innombrables millions de trajets quotidiens en voiture qui n'ont pas été effectués parce que nous sommes tous restés à la maison et avons respecté les restrictions de Covid-19.

7 % ! C'est à peine si l'on gratte la surface. Et il suffit de voir à quel point la réduction des activités a été dévastatrice pour le bien-être économique de millions de familles dans le monde. Comment peut-on demander aux sociétés modernes de réduire encore plus et encore plus profondément leurs activités au nom du salut environnemental ?

Pouvons-nous réduire nos dépenses ? Le ferons-nous ? Pouvons-nous même nous permettre de ne pas le faire ?

Alors que nous sortons peu à peu de l'impasse, nos espoirs collectifs naturels semblent être orientés vers le rétablissement des anciennes normes et la reconstruction des économies, la promotion de la croissance économique et la réinjection de la prospérité dans les communautés assiégées qui ont été si durement touchées par les ravages de la pandémie. Et je comprends. J'ai vraiment compris. Les négociants en pétrole salivent déjà à la perspective d'une plus grande demande de barils de brut et tout cela se reflète dans la hausse des prix des matières premières.

Tout cela me pousse à me demander si les hommes politiques auront vraiment les bonnes conversations sur le changement climatique et notre précieux environnement ? D'après ce que je vois, les sommets sur le climat ont tendance à être des lieux de discussion coûteux pour des politiciens égoïstes. Beaucoup de paroles, peu d'actions. Sans parler de l'opulence et de l'énorme empreinte carbone qui s'ensuit.

Je pourrais bien être devenu un sceptique réformé en matière de changement climatique, mais j'ai bien peur d'avoir développé une nouvelle forme de scepticisme à la place. Aujourd'hui, je remets en question la sensibilité collective de nos estimés dirigeants ainsi que celle de l'humanité en général. Le fait est que nous ne pouvons pas vraiment nous permettre de nous tromper cette fois-ci. Pas cette fois-ci. Trop de choses dépendent de notre réussite. En fait, tout dépend de nous.

J'ai regardé ces fabuleuses nouvelles images envoyées de la planète Mars par le rover Persévérance de la NASA. Et devinez quoi ? Je ne pense pas que je réserverai un voyage avec Elon Musk Space Tours de sitôt. D'après ce que j'ai vu, la planète Mars n'a pas grand-chose de chic. C'est un peu mort et les images m'inquiètent un peu.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires