Vaccinations

in Courrier · 30-04-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Rédacteur en chef, j'ai lu avec intérêt l'article de Kim Schiffman paru dans le News du 17/4/21 et intitulé The Unknown Prick.

Dès qu'il a été question d'une course pour être la première entreprise à produire un vaccin contre le Covid 19, des signaux d'alarme ont retenti dans ma tête, et lorsque, en moins de huit mois, le premier vaccin a été mis sur le marché, j'ai décidé de ne pas l'accepter. Je ne suis pas contre les vaccins en soi, mais je ne suis pas prêt à me faire injecter dans mon corps un "ARN messager" produit chimiquement, qui n'a été officiellement autorisé qu'à titre expérimental et pour lequel toutes les sociétés concernées ont insisté pour obtenir une indemnité légale. Dans le passé, pour qu'un vaccin soit étiqueté comme sûr pour un usage général, il a été soumis à des tests rigoureux à long terme pendant une période allant de deux à dix ans.

Non seulement il est impossible de déterminer l'origine des vaccins, puisque des singes, des parties de bébés avortés et qui sait quoi d'autre sont cités dans leur fabrication, mais personne ne sait combien de temps les vaccins assureront une protection, s'ils seront efficaces contre les nouvelles souches ou quels effets à long terme ils pourraient avoir sur le corps.

J'ai regardé et écouté l'explication la plus sensée, présentée de manière non provocatrice par une Australienne, le Dr Sherri Tenpenny, que même le profane que je suis peut comprendre. Il semble que le pic protéique qui déclenche la réponse immunitaire et produit les anticorps nécessaires soit incapable d'être dirigé vers des cellules spécifiques et puisse donc en affecter, ou en endommager, d'autres qui ne sont pas touchées. Lorsque j'ai voulu réécouter le Dr Tenpenny pour m'aider à écrire cette lettre, YouTube l'avait supprimé. Pourquoi ?

Il semble normal que tout le monde puisse promouvoir l'utilisation du vaccin, mais pas que quelqu'un d'autre mette en évidence les dangers ou les effets secondaires possibles.

Et pourquoi certaines personnes sont-elles poussées à accepter le vaccin sous la menace de perdre leur emploi, de se voir refuser l'accès à certaines organisations ou d'être empêchées de voyager dans un autre pays alors que les gouvernements tentent d'introduire des passeports dits "verts" ? Devra-t-on me refuser l'entrée dans mon propre pays pour voir ma propre famille parce que je n'ai pas été vacciné contre le covid ? Je suis heureux de me soumettre à un test de dépistage du covid - cela ne devrait-il pas être suffisant ?

Il semblerait que ceux qui profitent le plus de l'utilisation des vaccins soient les entreprises qui les produisent.

Lois Herrington, Luz/Lagos.


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires