Le gouvernement est accusé de "réduire en esclavage les travailleurs migrants".

Par TPN/Lusa, in Actualités, Criminalité · 07-05-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Les membres du syndicat SEF ont demandé au gouvernement de mettre fin à "l'asservissement des travailleurs migrants", notamment dans la région de l'Alentejo, tout en accusant la MAI de "dormir".

Les membres du syndicat SEF ont demandé au gouvernement de mettre fin à "l'asservissement des travailleurs migrants", en particulier dans la région de l'Alentejo, tout en accusant le MAI de "dormir".

S'adressant à l'agence Lusa, le président du Syndicat d'investigation et d'inspection des étrangers et du service des frontières (SCIF / SEF), Acácio Pereira, a déclaré que la question des travailleurs agricoles dans l'Alentejo avait déjà été soulevée dans le passé.

Acácio Pereira a déclaré que, outre le syndicat qui dénonce les situations d'exploitation, le SEF lui-même a signalé dans le rapport annuel de sécurité interne (RASI) l'existence de cas de trafic d'êtres humains et de crimes connexes liés à la question des migrants au Portugal.

" Le gouvernement dort et, plus précisément, le ministre de l'Administration interne (MAI), fait croire que la situation n'existe pas, permettant aux entreprises de réduire les travailleurs en esclavage, car c'est bien d'esclavage dont nous parlons, permettant que ce travail entre dans l'économie et que cette misère humaine continue d'exister ", a déclaré le président du syndicat.

Acácio Pereira a déclaré que le syndicat qui représente les inspecteurs du SEF "n'accepte pas que le gouvernement dise qu'il n'est pas au courant", car cette situation a déjà été signalée dans le RASI.

"La sécurité sociale elle-même a un registre des cotisations reçues, les entités liées à la formation des entreprises elles-mêmes, sont au courant du nombre d'employés et des entreprises qui sont créées puis fermées. Il y a tout un ensemble de situations que le gouvernement ne peut pas aliéner", a-t-il souligné.

Le président du syndicat a ajouté que cette situation "n'a été mise en évidence que pour des raisons sanitaires et qu'il était impossible de la cacher" en raison des épidémies de Covid-19 parmi les travailleurs agricoles de la région.

"Les entreprises ont fait des profits déraisonnables", a-t-il ajouté, demandant aux gens si "lorsqu'ils vont au supermarché, ils sont conscients de la misère humaine et de l'exploitation du travail esclave qui se cache derrière certains des produits en vente ?"

Pour le président du SCIF / SEF, le gouvernement "n'agit pas, il réagit".
Le syndicat affirme que le Portugal doit "être un pays humaniste et accueillant", mais il doit aussi fournir les conditions pour "ne pas asservir les gens".

"Le gouvernement a permis cet asservissement des travailleurs migrants", a-t-il souligné, considérant qu'il s'agit de cas "d'esclavage moderne", qui consistent à mettre les gens au travail, à leur donner de faibles salaires, en tenant compte du fait qu'ils sont payés au taux des salaires dans leur pays d'origine, et à vivre dans des conditions sous-humaines en partageant avec "10, 20, 30, 40 personnes dans la même maison".

Selon le syndicat, ce problème se pose dans tout le pays, mais il est plus visible à cette époque de l'année à Odemira. Cependant, il se produit également pendant la saison de la cueillette des cerises dans l'intérieur du pays et pendant la période des vendanges, dans le Douro.
SEF a également révélé à Lusa que 32 enquêtes sont actuellement en cours dans plusieurs comtés de l'Alentejo, dont six à Odemira, pour les délits de traite des êtres humains, d'aide à l'immigration clandestine et d'organisation du travail illégal.

Dans un communiqué de presse envoyé à l'agence Lusa, le SEF souligne qu'il "surveille de près la permanence et l'activité des étrangers en Alentejo, en particulier ceux qui travaillent dans des exploitations intensives".

Le RASI 2020 affirme que "l'exploitation du travail continue d'être un phénomène présent au Portugal" et que les travailleurs, principalement originaires de Roumanie, de Moldavie, du Pakistan, du Népal et de l'Inde, sont recrutés pour travailler dans des campagnes saisonnières, telles que la récolte des olives, des châtaignes, des fruits ou des légumes, en étant transportés dans les exploitations où ils commencent à travailler et à vivre ".

" L'extension géographique des lieux où ils sont mis au travail, généralement situés à l'intérieur de l'Alentejo ou à l'ouest du pays, rend difficile l'action des entités d'inspection ", a déclaré le RASI l'année dernière.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires