Expérience de la taille des lauriers-roses

Par Marilyn Sheridan, in Mode de Vie, Maison et jardin · 14-05-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Les lauriers-roses sont des plantes de type buissonnant, résistantes à la sécheresse, qui sont vraiment adaptées au climat du Portugal, et on les voit partout.

Ils existent en différentes couleurs, les fleurs simples blanches ou roses étant la variété la plus courante, mais certains ont des formes et des couleurs si belles qu'il est difficile de croire qu'il s'agit de la même espèce.

Dans le jardin où je vis, il y a un périmètre de lauriers-roses - idéal pour l'intimité, mais ils sont devenus très grands et ont dû être taillés, et une taille annuelle favorisera une nouvelle croissance.

Vous savez, j'ai commencé à écrire cet article avec beaucoup de sérieux, mais il m'a semblé un peu terne et ennuyeux lorsque je me suis relu. Je vais donc vous dire la vérité. Oui, j'ai bien coupé les lauriers-roses, mais ma foi, cela a pris des jours, et à chaque fois, j'avais l'air de plus en plus débraillé. En plus de l'effort à fournir pour faire le travail, j'ai dû me protéger : deux couches de gants (ce qui n'a pas facilité le maniement du sécateur), un chapeau (qui n'est pas mon vêtement préféré dans le meilleur des cas), des manches longues et un pantalon long. J'aurais eu l'air plus à l'aise en allant dans la jungle avec une machette pour rencontrer le Dr Livingstone.

J'avais aussi trois chiens pour me tenir à l'écart de l'équation, un aveugle comme une chauve-souris qui savait que j'étais là en train de fouiller dans les buissons, mais qui ne savait pas pourquoi, mais qui a décidé de participer quand même, et deux plus jeunes qui pensaient que c'était un jeu de cache-cache et qui me suivaient en remuant la queue pour essayer d'attraper les lézards que je dérangeais.

Je vais vous confier un secret maintenant - en toute honnêteté, je n'avais pas vraiment lu sur la taille de ces buissons, je savais qu'ils étaient toxiques, d'où les vêtements de protection, j'avais brièvement parcouru Internet pour trouver des conseils sur la façon de le faire, et étant la personne impulsive que je suis, je me suis lancée avec seulement une vague notion de ce que je faisais. Il était écrit " couper au-dessus d'un nœud de feuille " (qu'est-ce que c'est que ça ?). J'ai deviné que c'était là que la feuille apparaîtrait, et j'ai coupé.

Au fur et à mesure que je faisais le tour des buissons, les endroits où j'avais travaillé et ceux où je n'avais pas encore commencé le massacre présentaient un aspect décidément inégal. J'avais réduit la hauteur d'un bon dix-huit pouces, ce qui était mon intention, et la plupart des ventouses autour de la base avaient disparu, une procédure plutôt inélégante je pourrais ajouter, la tête enfoncée, me contorsionnant pour éviter d'avoir du feuillage dans mon visage avec mon derrière (puis-je dire cela ?) coincé à l'extérieur du buisson ! Il y avait quelques branches vraiment épaisses au milieu du feuillage, en fait elles ressemblaient à des poteaux car elles n'avaient pas de feuilles (ou de nœuds de feuilles). Je ne savais pas trop quoi en faire, alors je les ai laissées, pensant vaguement qu'elles étaient solides et qu'elles aideraient à soutenir ce qui restait. (J'ai lu par la suite qu'ils devraient aussi sortir, étant du bois mort - un autre travail pour l'année prochaine, il faudra une scie).

Quoi qu'il en soit, le travail est fait et, heureusement, une nouvelle croissance est apparue à partir des nœuds de feuilles que j'avais soigneusement coupés, avec une promesse de fleurs à nouveau. Tout va bien dans ma petite jungle !



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires