Vasco Alves Ribeiro est le président du conseil qui gère une partie du littoral de la municipalité d'Espinho et a expliqué à Lusa que son objectif est de contribuer à la préservation de l'insecte qui intervient le plus dans la pollinisation de la planète entière et dont la survie a été réduite par les effets de l'industrialisation, qui menace la chaîne alimentaire et, par conséquent, la production de nourriture dans le monde entier.

" Nous avons développé avec notre entreprise de jardinage un plan de prairie sauvage à mettre en œuvre principalement dans la zone maritime, à côté des plages, et cela prévoit, d'éliminer les champs de canne et les plantes invasives comme les chorões, tout en laissant pousser des fleurs sauvages pour attirer les abeilles et contribuer à leur préservation ".

Vasco Alves Ribeiro reconnaît que les abeilles ont une certaine réputation de dangerosité, mais affirme que "les bénéfices pour la population générale sont bien plus importants que les risques pour l'une ou l'autre personne allergique" à l'insecte, aussi soutient-il que "les gens doivent bien s'informer avant de critiquer afin de comprendre l'importance de l'enjeu".