La détection de Covid dans les stations d'épuration des eaux usées sera la règle dans tout le Portugal

Par TPN/Lusa, in COVID-19, Santé et environnement, Actualités · 02-06-2021 11:58:00 · 0 Commentaires

La détection du virus SRAS-CoV-1 dans les eaux usées permet d'identifier rapidement les nouvelles épidémies et sera étendue à l'ensemble du pays, un projet pilote ayant permis de détecter deux mutations variantes avant que les autorités sanitaires ne les connaissent.

Le projet pilote Covidetect est en cours depuis l'année dernière et les résultats préliminaires ont été présentés le 26 mai à Lisbonne, à la station de traitement des eaux usées (STEP) d'Alcantara. Les responsables ont expliqué que les données recueillies dans l'eau reflétaient l'évolution quotidienne de la pandémie de Covid-19 au cours des derniers mois.

Le projet a permis de détecter, dans Gaia, des variantes de Covid originaires de Californie et du Nigeria.

Le projet pilote se termine en août, mais le ministre de l'environnement et du changement climatique, João Pedro Matos Fernandes, qui était présent à la cérémonie, a assuré à Lusa que l'analyse des eaux de la STEP se poursuivra et sera étendue.

"Clairement oui", a déclaré le ministre à propos de la poursuite du projet, dont les résultats ont montré qu'il était possible de détecter le virus et ses variantes dans les eaux usées.

João Pedro Matos Fernandes a souligné que toutes les stations d'épuration ne sont pas prêtes à effectuer cette détection, mais qu'il est "absolument essentiel" de prolonger le projet pilote, afin que l'analyse de l'eau devienne "une règle commune aux stations d'épuration du pays".

Les stations d'épuration qui seront construites ou rénovées devront être préparées à ce type d'analyse.

Le projet pilote a été appliqué à cinq stations d'épuration, à Lisbonne, Cascais, Gaia et Guimarães, et la circulation du virus dans les réseaux de drainage des effluents de trois hôpitaux a également été suivie.

La ministre de la Santé Marta Temido, qui a également participé à la présentation des résultats préliminaires de Covidetect, a estimé qu'il s'agissait d'un "outil puissant" pour lutter contre la pandémie actuelle et les pandémies futures, soulignant l'importance d'agir rapidement sur les phénomènes à risque.

Le projet est, selon lui, l'occasion de disposer d'un système de notification en temps réel aux autorités sanitaires, et a une "valeur énorme" dans "l'arsenal de réponse aux pandémies".

La prochaine phase du projet consiste à diffuser les résultats et à mettre en place un système d'alerte en temps réel pour prévenir les autorités sanitaires et environnementales de la réapparition du virus.

Lancé en avril dernier et financé par l'Union européenne, Covidetect est développé par un consortium qui réunit des entreprises du groupe Águas de Portugal (AdP), la faculté des sciences de l'université de Lisbonne et le laboratoire d'analyse de l'Instituto Superior Técnico.

Au total, 760 échantillons d'eaux usées ont été analysés entre le 27 avril et le 2 décembre 2020, "confirmant que les données obtenues pour le SRAS-CoV-2 à partir d'eaux usées non traitées suivaient, de manière très ajustée, les nouveaux cas quotidiens signalés pour les régions où sont situées les stations d'épuration testées dans le cadre de cette étude", ont déclaré les responsables.

Les responsables du projet ont collaboré avec la Commission européenne à l'initiative visant à faire des eaux usées des sentinelles pour la présence du virus. La Commission a déjà formulé une recommandation pour une approche commune de la surveillance du SRAS-CoV-2 et de ses variantes dans les eaux usées de l'Union européenne.

Nuno Brôco, vice-président d'AdP VALOR (société du groupe AdP et chef de file du consortium), a rappelé que la Commission européenne a recommandé que tous les États membres mettent en œuvre ce système avant le 31 octobre de cette année, et a ajouté que le Portugal est en mesure de le faire avant cette date.

La recommandation indique que les usines qui desservent une zone de plus de 150 000 habitants devraient être surveillées.

Le fonctionnaire a précisé que le projet actuel, qui est un projet pilote et qui n'implique pas un grand nombre de stations d'épuration ni une analyse en continu, permet quelques jours à l'avance (quatre jours par exemple) de disposer de données sur une augmentation de la charge virale dans un endroit donné. "Il vise à détecter les tendances à la croissance ou à la diminution" de la charge virale, a-t-il précisé.

Des pays comme l'Australie ou la Nouvelle-Zélande utilisent déjà les stations d'épuration comme "sentinelles", en créant un système en ligne dans lequel les stations apparaissent avec une couleur verte, qui devient rouge lorsque du matériel génétique du virus est détecté.

Photo :Kolforn (Wikimedia)



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires