A l'ouverture du débat du BE sur le projet de loi pour la légalisation du cannabis pour la consommation personnelle, le député Fabian Figueiredo a demandé à être entendu par l'ancien Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, qui a déclaré qu'il est temps de réaliser "que les drogues sont infiniment plus dangereuses si elles sont laissées entre les mains de criminels qui ne se soucient pas de la santé et de la sécurité".

"Le Bloc de Gauche propose d'ouvrir un processus participatif et inclusif, donnant lieu à une loi réfléchie, rigoureuse et efficace, qui nous permette de dire dans 20 ans que nous avons fait un pas sûr, nécessaire et responsable dans l'évolution de la politique des drogues. C'est cet appel que nous lançons sur tous les bancs", a défendu le député.

Le député a commencé par rappeler qu'"il y a 20 ans, le Parlement a eu la sagesse d'approuver des mesures courageuses et novatrices pour faire face à la toxicomanie, en dépénalisant l'usage des drogues", se félicitant que cette solution adoptée au Portugal "est maintenant étudiée et louée dans le monde entier par différents États et institutions internationales".

"Mais il y a 20 ans, elle n'était pas consensuelle à l'Assemblée de la République. Les voix ne manquaient pas pour prophétiser que nous allions devenir un narcostat". Un député de droite, Paulo Portas, s'est exclamé à l'époque au journal britannique The Times qu'ils allaient faire atterrir des avions remplis d'étudiants en Algarve 'pour fumer de la marijuana et pire, sachant que nous ne les mettrions pas en prison'", s'est-il souvenu, ajoutant que "soleil, plage et drogue", selon la prophétie de Paulo Portas "serait la nouvelle devise de Turismo de Portugal".

Selon Fabian Figueiredo, malgré le changement de paradigme, "la politique des drogues au Portugal reste incomplète et avec une contradiction structurelle non résolue" puisque "les consommateurs ne font plus face à des poursuites pénales, mais leur consommation reste dépendante d'un marché illégal, un énorme business qui continue d'être livré au crime organisé".

"Le Bloc de Gauche a fait ce débat sur la légalisation du cannabis à usage personnel parce que nous comprenons que le moment est venu de tourner cette page. De nombreux États ont suivi notre esprit pionnier d'il y a 20 ans, appliquons maintenant les meilleurs exemples internationaux dans la légalisation du cannabis".

Dans la perspective de Fabian Figueiredo, "cette avancée législative, sensée et prudente, peut être faite avec un large consensus parlementaire dans la législature actuelle".

"Ces dernières années, plusieurs pays ont légalisé l'usage du cannabis pour la consommation personnelle, comme le Canada, l'Uruguay et plusieurs États et territoires des États-Unis d'Amérique. Nous devons regarder et apprendre de ces exemples. La pratique est toujours le critère de la vérité", a-t-il lancé.