Les compagnies aériennes ont pris Boris au mot et ont commencé à prévoir des centaines, voire des milliers de vols pour répondre à la demande. Boris leur a claqué la porte au nez jeudi dernier, laissant des milliers de visiteurs au Portugal se démener pour trouver des vols plus tôt et les compagnies aériennes s'efforcer de les satisfaire. Mais pas toutes.

Michael O'Leary, PDG de Ryanair, a déclaré à la BBC qu'un grand nombre de ses passagers n'avaient pas changé de vol, mais avaient décidé de rester sur place et de revenir sur le vol qu'ils avaient réservé. Pourquoi ? Je ne peux que supposer que beaucoup de gens en ont assez que Boris change constamment les règles pour les adapter à son agenda sans tenir compte de leur situation. M. O'Leary a poursuivi en déclarant : "Faire passer le Portugal sur la liste orange ne repose sur aucune donnée scientifique ni sur la santé publique", et a accusé le gouvernement britannique d'inventer les règles au fur et à mesure. Il est difficile d'argumenter avec ce point de vue.

TUI a fait des commentaires similaires à la presse, le plus pertinent étant que 50 % de ses passagers qui ont réservé pour les prochaines semaines ont choisi de ne pas annuler et de poursuivre leurs vacances. Les visiteurs à qui j'ai parlé m'ont dit qu'ils retourneraient au Royaume-Uni comme ils l'avaient initialement réservé, mais qu'ils ne s'isoleraient pas de manière très "rigoureuse". Ils passeront toutefois les tests requis.

De nombreuses personnes ont-elles pris cette décision ? Qu'ils ne s'isoleront pas à leur retour, ou qu'ils choisiront l'option des cinq jours, qu'ils feront un test le cinquième jour et que, s'il est négatif, ils ne s'isoleront plus ?

Cela deviendra évident dans les prochains jours. Combien de vols vont continuer à arriver à Faro ? Dix-sept vols pour le Royaume-Uni devaient arriver le 8, après l'expiration du délai. On peut mettre la patience des gens à rude épreuve et peut-être que des centaines de milliers de familles britanniques en auront assez. Comment surveiller efficacement un si grand nombre de personnes pour voir si elles s'auto-isolent ?

Nombreux sont ceux qui pensent que le retrait du Portugal de la liste verte n'a pas de sens. Le ministère portugais des affaires étrangères a déclaré : "Nous prenons note de la décision britannique de retirer le Portugal de la "liste verte", une décision dont la logique est insondable". C'est le cas de le dire poliment. La grande majorité des visiteurs en provenance du Royaume-Uni sont déjà entièrement vaccinés ou ont été testés négatifs pour le Covid-19. La plupart des recherches montrent qu'il est peu probable que ces personnes transmettent le virus à d'autres, mais comme plus de 75 % de la population britannique a déjà été vaccinée, il sera assez difficile de trouver quelqu'un à qui transmettre le virus.

Tout visiteur de l'Algarve aura remarqué avec quel soin les autorités contrôlent et font respecter toutes les règles et réglementations de sécurité. Il n'est même pas possible de marcher sur la plage sans masque, et on ne l'enlève que lorsqu'on est installé et socialement éloigné des autres sur la plage.

Le programme de vaccination au Portugal avance à grands pas. Déjà, de nombreuses personnes de plus de 40 ans ont été vaccinées et les groupes d'âge se réduisent rapidement. Les centres de vaccination fonctionnent tous les jours et vaccinent des milliers de personnes, sept jours sur sept.

Le microbiologiste de l'INSA , João Paulo Gomes, a déclaré (au moment de la mise sous presse) qu'au Portugal, seuls 12 cas de la prétendue variante indienne du Covid-19 ont été détectés et non 68 cas, comme annoncé par le Royaume-Uni.

Je me demande si des pays comme l'Espagne, l'Italie, la Grèce, Malte, etc. n'ont pas exercé une pression politique sur Boris pour qu'il leur donne le feu vert, en lui demandant "Pourquoi pas nous ?" alors que vous avez donné le feu vert au Portugal. Boris a peut-être décidé que la réponse la plus simple était de faire passer le Portugal au statut d'orange plutôt que de permettre aux autres d'obtenir le feu vert. Il pourra alors faire valoir qu'il ne fait pas preuve de favoritisme à l'égard du Portugal.

Il semble que Boris ne se concentre que sur le 21 juin et ne veut aucune excuse possible pour ne pas remplir sa "feuille de route" visant à sortir la Grande-Bretagne de toutes les restrictions. De cette façon, il rend les entreprises britanniques très heureuses, mais pendant ce temps, par son action, des milliers de personnes dans l'industrie du tourisme, pas seulement au Royaume-Uni, paient un prix terrible pour sa mauvaise gestion et son changement d'avis constant.

Trop c'est trop, redonnez le feu vert au Portugal, et le plus tôt sera le mieux.