Désobéissance civile ?

Par Paul Luckman, in Opinion, ROYAUME-UNI · 18-06-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

J'ai été tenté d'intituler cet article "Le peuple se révolte", ce qui, dans un sens, est vrai si l'on parle des Britanniques qui aiment le Portugal.

Tout porte à croire que beaucoup sont déterminés à passer leurs vacances d'été au Portugal, malgré ce que dit Boris. Depuis que le Portugal a été retiré de la liste verte, l'aéroport de Faro reçoit environ 15 à 20 vols par jour en provenance de tout le Royaume-Uni. De nombreux visiteurs britanniques déclarent qu'ils ne prendront pas au sérieux l'auto-isolement pendant dix jours lorsqu'ils rentreront chez eux. Ils ne permettront pas à Boris de les priver de leurs vacances au soleil.

Les responsables du tourisme portugais ne se contentent pas de protester auprès du gouvernement britannique, ils prennent également des mesures pratiques pour faciliter les voyages au Portugal. Depuis le début de cette semaine, les voyageurs britanniques n'ont plus besoin de présenter un test PCR à leur arrivée au Portugal. Les visiteurs peuvent désormais utiliser un test de flux latéral pour entrer, qui est gratuit.

The Portugal News a contacté chaque député britannique pour protester contre ce que le gouvernement a fait au Portugal, et nous recevons des réponses positives. Le député Chris Grayling a répondu : "Merci pour votre message. Je tiens simplement à vous rassurer sur le fait que de nombreux collègues et moi-même faisons pression pour que les restrictions soient levées et que nous étions très mécontents de l'annonce de la semaine dernière".

Le député Sammy Wilson nous a répondu : "C'est une question qui me préoccupe beaucoup et j'ai d'ailleurs soulevé cette question avec le ministre de la Santé au Parlement pas plus tard que cette semaine. Je n'ai pas été très satisfait de sa réponse et je soupçonne que la véritable raison de la suppression du Portugal n'a rien à voir avec la santé, mais plutôt avec les politiques relatives au coronavirus.

"Je note que seulement 1,5 % des personnes revenant du Portugal ont été testées positives, que le taux d'infection pour 100 000 est plus faible au Portugal qu'au Royaume-Uni et pourtant votre pays est considéré comme un pays à risque. Je ne pense pas qu'il y ait de raisons médicales pour retirer le Portugal de la liste verte et je soupçonne que cela a tout à voir avec la politique du gouvernement d'essayer d'empêcher les gens de voyager. Je pense qu'ils espéraient que le coût des tests, etc. dissuaderait les gens de partir en vacances à l'étranger lorsqu'ils ont constaté la popularité du Portugal une fois qu'il a été placé sur la liste verte et je suis presque certain qu'ils craignaient que cela n'entraîne des demandes d'ouverture d'autres pays. La seule façon de tuer toute demande future de vacances à l'étranger était de perturber les vacances des gens comme ils l'ont fait, mais malheureusement, cela a bien sûr d'énormes implications pour le Portugal et pour l'industrie touristique de ce pays.

"Je pense que nous avons désormais maîtrisé ce virus et que les restrictions devraient être levées afin que les gens puissent mener une vie normale et profiter des voyages à l'étranger comme ils l'ont fait pendant de nombreuses années avant l'épidémie de coronavirus. J'espère que cela explique ma position".

Les ragots ne manquent pas à Westminster. Un site Internet rapporte que "Robert Jenrick a été le ministre poussé devant les caméras vendredi dernier pour expliquer la décision du gouvernement de retirer le Portugal de la liste verte et de le placer sur la liste orange. Il a expliqué que la décision ne serait pas immédiate, de sorte que les vacanciers déjà présents au Portugal et souhaitant rentrer chez eux auraient la possibilité de le faire facilement - ce qui leur laissait quatre jours pour prendre leurs dispositions et rentrer de manière "ordonnée".

Pourquoi la date limite du mardi matin ? Et pourquoi cette date limite intéressait-elle le secrétaire d'État au logement ? Cela aurait-il un rapport avec les rumeurs qui circulent à Westminster selon lesquelles la famille de M. Jenrick aurait elle-même pris des vacances de mi-trimestre au Portugal ?"

Cette information ne peut être prouvée, mais elle montre que Boris ne voit pas beaucoup, voire pas du tout, de soutien pour retirer le Portugal de la "liste verte".

À partir du 1er juillet, les touristes européens entièrement vaccinés pourront voyager sans restriction. Grâce au nouveau passeport européen pour les vaccins, les résidents pourront éviter les tests et les quarantaines s'ils ont été entièrement vaccinés depuis 14 jours ou plus.

Certaines destinations de vacances très prisées assouplissent déjà les règles : l'Espagne, la France, Chypre ou la Grèce autorisent les Britanniques complètement vaccinés à entrer sans restriction.

Cette semaine, le ministre britannique des transports, Grant Shapps, a appelé à la patience les personnes qui espèrent partir en vacances dans les pays européens. Il a révélé que la liste verte pour les vacances à l'étranger pourrait être élargie très prochainement. M. Shapps a déclaré au Financial Times : "Je ne pense pas que les gens aient à attendre très longtemps avant que d'autres pays puissent rejoindre la liste verte." Ne retenez pas votre souffle !

La variante Delta du Covid-19 se développe de manière exponentielle en Angleterre et Boris semble vouloir trouver des pays à blâmer, mais de nombreux commentateurs au Royaume-Uni affirment que si Boris avait agi plus rapidement pour mettre l'Inde dans la zone rouge, cela aurait pu être contenu. Pourquoi ne l'a-t-il pas fait ? Est-ce lié au fait qu'il voulait se rendre en Inde pour tenter de conclure un accord commercial majeur. Il lui a fallu plusieurs jours pour finalement accepter de ne pas aller en Inde et de la mettre sur la liste rouge. Ce furent des jours critiques.
Boris semble changer d'avis sur beaucoup de choses, malheureusement, la seule chose sur laquelle il pourrait être lent à changer d'avis est de remettre le Portugal sur la liste "feu vert", sans doute parce qu'il devrait autoriser d'autres destinations sûres à revenir sur la liste également, et cela ne convient pas à son programme actuel qui consiste à essayer d'empêcher les gens de prendre des vacances en dehors du Royaume-Uni. J'ai découvert cette semaine que le prix à payer pour le Royaume-Uni est élevé. Un collègue de travail qui vit en Cornouailles m'a envoyé un courriel cette semaine : "Le dumping est monnaie courante, non seulement pour les ventes de maisons, mais aussi pour les locations de vacances... Vous pensez peut-être avoir réservé votre maison de vacances, mais si quelqu'un d'autre arrive avec plus d'argent, alors..." Nous ne faisons pas cela aux visiteurs du Portugal !

Après l'annonce, lundi, du report de la fin du bouclage, la première page du Telegraph (connu dans le milieu comme le magazine interne du parti tory) de mardi disait "C'est définitivement le 19 juillet... à moins que ce ne soit pas le cas". Cela vient d'un journal qui soutient Boris, cela en dit long.

Continuez à écrire à vos députés, tout porte à croire que beaucoup d'entre eux sont très favorables au Portugal.

Pour savoir comment faire pression sur votre député britannique, cliquez ici : https://www.theportugalnews.com/news/2021-06-07/lobby-your-mp-to-put-portugal-on-the-green-list/60281



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires