Tous ceux qui passent du temps sur la plage auront probablement rencontré une ou plusieurs de ces créatures à l'allure punk-rock qui ressemblent à des ballons bleus, violets ou roses, échoués avec d'autres débris sur le rivage, et avec la saison des baignades qui arrive, vous les rencontrerez peut-être en vous baignant ou en faisant du bateau.

Je dois vous dire qu'ils ne viennent pas du tout du Portugal - enfin, je devrais peut-être me réjouir de vous dire que le Portugal n'est pas responsable d'une créature aussi étrange ! Elle doit son nom au polype le plus élevé, une vessie remplie de gaz, ou pneumatophore, qui se trouve au-dessus de l'eau et qui ressemble un peu à un vieux navire de guerre portugais du 18ème siècle à pleine voile, ou plus probablement à des casques de la même époque. Les galères portugaises sont également connus sous le nom de vessies de mer.

La galère portugaise (Physalia physalis) est souvent appelé méduse, mais il s'agit en fait d'une espèce de siphonophore, un groupe d'animaux étroitement liés aux méduses. Un siphonophore est inhabituel en ce sens qu'il est composé d'une colonie d'individus spécialisés, génétiquement identiques, appelés zooïdes - clones - de formes et de fonctions diverses, qui travaillent tous ensemble comme une seule entité. Chacune des quatre parties spécifiques des galères portugaises est responsable d'une tâche spécifique : flotter, capturer des proies, se nourrir et se reproduire. On les trouve principalement dans les mers tropicales et subtropicales. Ils n'ont aucun moyen de propulsion mais sont déplacés paresseusement par le vent et les courants océaniques, et pour cette raison, si vous en voyez un, il y en a probablement d'autres qui se cachent à proximité.

Ils sont sournois car sous le ballon - qui peut se trouver jusqu'à 15 cm au-dessus de la surface - se cachent les longs brins de tentacules urticants, et pour éviter les menaces à la surface, ils peuvent dégonfler ce ballon à volonté et s'immerger brièvement. Ces longues et fines vrilles peuvent atteindre une longueur de 165 pieds sous la surface, bien que 30 pieds soit plus la moyenne. Elles, et la partie ballon, sont couvertes de nématocystes remplis de venin utilisés pour paralyser et tuer les poissons et autres petites créatures, et vous piqueront aussi si vous osez le toucher !

Pour l'homme, la piqûre d'une galère portugaise est atrocement douloureuse, mais les chances d'en mourir sont minces. Ce n'est pas parce que les décès sont rares que vous devez en toucher un, car les piqûres peuvent laisser une traînée de zébrures rouges sur la peau, des crampes musculaires, un rythme cardiaque élevé et des vomissements. Une fois, une femme nageant au large de la Sardaigne a été piquée par l'un d'eux et est morte de ce que l'on pense être un choc anaphylactique. Mais attention, cette robuste créature peut encore vous piquer même des semaines après avoir été rejetée sur le rivage, il ne faut donc pas les embêter, et après avoir dérivé pendant des jours avant de se décomposer, même un tentacule coupé peut vous piquer.

Si vous avez la malchance d'être piqué, retirez d'abord les tentacules avec une main gantée, un bâton, une serviette ou des palmes de natation. Rincez la zone avec de l'eau salée, puis apparemment avec du vinaigre, puis trempez la zone touchée dans de l'eau salée chaude pendant environ 20 minutes. Les piqûres peuvent provoquer des cloques ou de petites plaies peu profondes (ulcères). La peau à l'endroit de la piqûre peut prendre un aspect sombre ou bleuâtre, et la guérison peut prendre plusieurs semaines, avec la possibilité de cicatrices permanentes à l'endroit de la piqûre.
Étant donné que les petits poissons constituent environ 70 à 90 % du régime alimentaire de la galère portugaise (il mange également des crevettes et d'autres crustacés), il existe un poisson appelé poisson de la galère portugaise, qui joue un jeu dangereux : Il vit parmi les tentacules même s'il n'est que partiellement immunisé contre leurs piqûres, en nageant agilement entre les dards !

Je suis heureux de dire que la galère portugaise a quelques ennemis, dont les tortues de mer caouannes et les poissons lune océaniques à l'aspect bizarre, qui ont la peau assez épaisse pour les manger. Les limaces de mer de type Dragon bleu sont également très friandes de cette espèce : elles ne se contentent pas de la dévorer, mais récoltent activement ses toxines. Après avoir stocké les cellules urticantes de la galère portugaise dans leur propre peau, ces limaces s'en servent ensuite pour dissuader les prédateurs.

Si vous aimez fouiller le long du rivage à la recherche de coquillages, etc., sachez qu'à l'avenir, le ballon bleu-violet-coloré à l'aspect mince que vous vous apprêtez à examiner pourrait bien être à éviter !