Nous sommes loin de l'état d'urgence.

Par TPN/Lusa, in Actualités, COVID-19 · 22-06-2021 15:07:00 · 0 Commentaires

Le Président de la République a déclaré que la situation de Covid-19 au Portugal est "très loin" des chiffres de l'époque de l'état d'urgence.

Interrogé sur le fait de savoir si, compte tenu de l'évolution de Covid-19, notamment dans la région de Lisbonne, cela équivaut à un retour à l'état d'urgence, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré que "c'est au gouvernement d'évaluer" la situation, mais a soutenu que "ce n'est pas la question", tout en réitérant les chiffres de ces derniers jours.

Le chef de l'État a déclaré qu'il y a "un nombre élevé de cas" d'infection, "plus élevé certains jours, plus ou moins au-dessus de mille, d'autres jours en dessous de mille", mais avec "un nombre stable de décès, faible, sans comparaison avec ce qui se passait il y a des mois ou un an".

"Nous avons un nombre dans les unités de soins intensifs qui s'est maintenant stabilisé : il était à 97, bien en dessous de la limite dont on parlait à l'époque, qui était de 200 ou 245. Nous avons un nombre de patients hospitalisés qui est à peu près à 400 : le nombre qu'on appelle la ligne rouge était entre 1250 et 1500", a-t-il souligné.

Selon le président de la République, "la question n'est donc pas là - la question est : le gouvernement, en fonction des critères qui seront adoptés, dira comté par comté ce qui se passe".

Marcelo Rebelo de Sousa a ajouté que sa position, contraire à un retour à l'état d'urgence, "ne change pas" et que les chiffres qu'il a indiqués comme points de repère lorsque ce cadre juridique était en vigueur "sont ceux qui s'appliquent aujourd'hui".

Interrogé sur ce qu'il ferait si le gouvernement proposait un retour à l'état d'urgence, le chef de l'État a répondu : "J'ai déjà eu l'occasion de dire que nous sommes très loin des chiffres dont je parlais lorsque j'ai renouvelé l'état d'urgence".

"J'ai déjà eu l'occasion de dire quelle était ma position sur l'état d'urgence", a souligné le président de la République, face à l'éventualité d'un "retour à un confinement" du Portugal.

Le Président de la République a fait valoir qu'actuellement, le nombre de nouveaux cas d'infection par le nouveau coronavirus "n'a pas de conséquences sur la mortalité, contrairement à ce qui s'est passé lorsque le nombre était non seulement plus élevé mais aussi élevé qu'aujourd'hui" et n'a pas non plus "de conséquences dans le sens d'un étranglement du Service national de santé (NHS)".



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires