J'avais l'intention d'écrire sur les nombreux arbres que l'on trouve au Portugal - et il en existe un bon nombre de variétés - et cela m'a fait penser aux arbres en général, et j'ai été détourné par des souvenirs.

Quand j'étais enfant, il y avait un houx au coin de la rue où j'habitais. C'était l'endroit préféré pour faire un "camp", où les générations précédentes avaient façonné une tanière à l'intérieur, et une bande d'enfants y grimpaient pour y prendre de la nourriture et des boissons, ou faire semblant d'être à bord d'un bateau de pirates, ou autre chose. Celui qui arrivait le premier le revendiquait pour la journée, parfois les filles, parfois les garçons.

Quand mes enfants étaient petits, nous avions un banyan dans le jardin, et les enfants du quartier jouaient dans les "racines" qui descendaient ou accrochaient des cordes entre les racines, et si quelqu'un tombait, il y avait un lit de feuilles dans lequel il tombait, donc personne n'était vraiment blessé.

Parfois, les arbres ne demandent qu'à être grimpés et étaient des aimants pour les enfants, et je regarde par ma fenêtre et je vois des avocatiers, des oliviers anciens et des alfarrobeiras, et j'aimerais presque pouvoir essayer d'en grimper un !

Je vais vous raconter mon histoire fatidique d'escalade d'arbre. En tant qu'enfant de 5 ans, je suppose que j'avais droit à une certaine liberté d'action, avec pour règles de ne pas quitter la maison des yeux et de rester en dehors de la route, des instructions plutôt faciles même à cet âge. Mais bien sûr, le coin de la rue n'était pas autorisé, ce qui le rendait d'autant plus désirable, et inévitablement je me faufilais hors des limites pour grimper à un petit arbre.

Malheureusement pour moi, ce fut ma perte, parce qu'étant un petit enfant, je n'étais pas encore un grimpeur d'arbres expérimenté (il faut bien commencer quelque part, n'est-ce pas ?), et j'ai glissé à mi-chemin de l'arbre - mais j'ai été attrapé par les sangles de ma salopette, et j'ai fini suspendu là, comme un parachutiste raté. Le petit garçon avec qui j'étais a eu la tâche peu enviable de courir chez ma mère pour lui avouer où nous étions partis, et elle a dû me sauver. J'avais plus peur des répercussions que de me faire mal !

Mon mari raconte des histoires d'escalade d'un grand chêne, dont les prises étaient constituées de clous de 6 pouces plantés dans le passé, et même si les branches étaient parfois mouillées ou couvertes de mousse, lui et sa bande faisaient preuve de bravade en grimpant aussi haut que possible et en s'accrochant fermement alors que les branches s'agitaient dans tous les sens.

De nos jours, les enfants ne jouent plus comme ça. Il y a trop de "santé et de sécurité" - les enfants deviennent-ils trop précieux ? Nous tombions, nous nous écorchions les coudes et les genoux, nous léchions et essuyions avec un doigt sale, et nous continuions à jouer. Aujourd'hui, il faudrait se laver à l'eau stérile, appliquer un antiseptique et un pansement. De nos jours, les enfants semblent collés à leur clavier, obsédés par les jeux informatiques - ils jouent à l'intérieur au lieu de sortir à l'air libre en faisant appel à leur imagination, et font peut-être semblant de se battre avec des bâtons (et se frappent accidentellement ou s'écorchent les articulations au passage !) Nous mâchions l'herbe, sans nous soucier qu'un chien ait pu faire pipi dessus, nous faisions des pâtés de boue et nous courions partout en jouant.

Il est dommage que la technologie moderne ait privé les jeunes d'aujourd'hui de la possibilité d'explorer, d'expérimenter et d'utiliser leur imagination pour jouer. Ou est-ce que je me trompe complètement ? L'ère numérique du jeu est-elle une bonne chose ?

Est-ce la bonne façon de les préparer au monde réel ? Peut-être que je regarde avec des lunettes roses l'époque de l'après-guerre où nous ne jouions avec rien parce que nous n'avions rien d'autre que notre imagination.

Mais je continue à penser que rien n'est comparable à l'escalade d'un bon arbre - l'excitation ressentie au fur et à mesure que l'on grimpe plus haut, la peur de tomber réellement, les membres tremblants lorsque l'on atteint à nouveau le sol. Je m'en souviens encore très bien, bien que de nombreuses années se soient écoulées, mais les enfants d'aujourd'hui se souviendront-ils d'avoir réussi à gagner une bataille au clavier ?